Culture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Festivités au pied de l'Atomium
Festivités au pied de l'Atomium

L'Atomium fête ses 60 ans cette année et également durant l'été avec un florilège d'animations organisées autour de cinq thèmes différents :

  • le 27.07 : l'univers du cirque avec la soirée «ATOM'CIRCUS»
  • le 03.08 : un village d'ateliers créatifs «DO IT YOURSELF»
  • le 10.08 : un parcours d'aventures et épreuves ludiques avec le «JUNGLE FUN»
  • le 17.08 : «URBAN COLORS» pour une atmosphère street-art haute en couleurs
  • le 24.08 : un voyage musical depuis les années 1940 à nos jours : un véritable «BACK IN TIME».

Danse, animations déambulatoires, workshops, démonstrations, jeux, initiations sont au programme. (www.atomium.be/60)

Pendant ces cinq rendez-vous d'été, l'Atomium sert de décor exceptionnel pour les feux d'artifice de Laeken : le 27 juillet et les 3, 10, 17 et 24 août, à partir de 23h, un show spectaculaire est orchestré au niveau du Palais 5 du Heysel. (www.visit.brussels/fr/article/les-feux-de-laeken)

Dans le cadre de l'année focus-CIRCUS, différentes animations gratuites, mettant en avant les Arts de la Rue et du Cirque, seront organisées au pied de l'Atomium, le weekend du 15 au 19 août.

Enfin, toujours au pied de l'Atomium, le pavillon d'information «Coucou Brussels» est présent tout l'été (jusqu'au 9 septembre) et ouvert tous les jours de 10h à 20h. Les visiteurs y trouvent un panel d'informations sur l'offre touristique et culturelle bruxelloise. Touristes et locaux y sont également invités à partager un moment convivial autour d'un rafraîchissement et à se détendre sur les transats mis à disposition. (www.coucou.brussels/)

S.D.

Photo : © Alexandre Istratov

Le tapis de fleurs 2018 à Mini-Europe !
Le tapis de fleurs 2018 à Mini-Europe !

Situé au plateau du Heysel, Mini-Europe (350 maquettes et diverses animations) évoque à travers ses monuments et ses mini décors, les valeurs et les héritages européens.

Tous les deux ans, la Grand-Place de Bruxelles se couvre d'un tapis de fleurs à la mi-août et, cet été, il est placé sous le signe du Guanajuato, une région mexicaine dotée d'une culture et d'une tradition florale particulièrement riches. On pourra l'admirer du 16 au 19 août.

Toutefois, la Ville de Bruxelles et l’asbl Tapis de fleurs de Bruxelles – les initiateurs de cet événement bisannuel – ont permis au site de Mini-Europe de déjà présenter une miniature de ce tapis de fleurs 2018.

Ainsi, ceux qui n'auront pas la possibilité de venir s'émerveiller devant le véritable tapis floral sur la Grand-Place pourront toujours aller admirer sa version miniature à Mini-Europe. Elle y restera en place pendant deux ans... Jusqu'à ce que le projet du tapis de 2020 sera dévoilé.

C.F.

www.minieurope.euwww.flowercarpet.be

Photo : Tapis de fleurs 2018 sur la Grand-Place de Bruxelles à Mini-Europe.

Tapis de Fleurs aux couleurs mexicaines
Tapis de Fleurs aux couleurs mexicaines

Le Tapis de Fleurs qui décorera la Grand-Place de Bruxelles à la mi-août, évoquera l'Amérique Latine : il sera entièrement placé sous le signe du Guanajuato, région mexicaine ayant une culture, une histoire et une tradition florale particulièrement riches. De plus, à l’occasion du 20e anniversaire de l’inscription de la Grand-Place de Bruxelles au patrimoine mondial de l’Unesco, une exposition florale supplémentaire sera présentée sur la Place de la Bourse.

L’Etat du Guanajuato, situé au Mexique central, connaît une longue tradition de tapis de grandes dimensions. C’est dans la ville d’Uriangato, dans le sud de la région, que les festivités atteignent chaque année leur apogée, lors de «La Octava Noche» (La Huitième Nuit) où les habitants décorent les rues sur plusieurs kilomètres en étalant de petits tapis de sciure colorée à la mémoire du patron de la ville – l’archange Saint-Michel – qui est aussi celui de la ville de Bruxelles.

Le projet original du tapis bruxellois est une création de la jeune graphiste Ana Rosa Aguilar Aguado, originaire d’Uriangato. Elle y a intégré une multitude de symboles typiques, d’éléments naturels et de motifs issus de la culture traditionnelle du Guanajuato; le tout formant un ensemble harmonieux composé des couleurs rouge brun typiques de la région. C’est Mark Schautteet, créateur attitré du Tapis de Fleurs de Bruxelles, qui convertira sa création en une composition florale grandeur nature : environ 1.800 m² de bégonias, dahlias, graminées et écorces pour une tapisserie éphémère, de 75 m de long sur 24 m de large.

Le public pourra donc découvrir, du 16 au 19 août sur la Grand-Place de Bruxelles, un Tapis de Fleurs composé de plus de 500.000 fleurs et illustrant la culture d'une partie du Mexique. Ce tapis pourra également être admiré du balcon de l’Hôtel de Ville d'où l'on a une splendide vue panoramique (entrée : 5 € – gratuit pour les moins de 10 ans).

Invitée par les organisateurs du Tapis de Fleurs de Bruxelles, la Comisión Gestora Internacional de Alfombristas de Arte Efímero délèguera des dizaines d’artistes floraux originaires d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, de Malte, du Japon et du Mexique vers la capitale belge pour une exposition florale unique devant la Bourse de Bruxelles : «Monuments of Unesco in Flowers». Pour la Belgique, c’est une équipe d’enfants bruxellois qui créera une composition florale représentant l’Hôtel de Ville de Bruxelles.

M.VD.

www.flowercarpet.be

Ars in Cathedrali 2018
Ars in Cathedrali 2018

La septième édition du Festival Ars in Cathedrali se déroulera du 10 juillet au 28 août, avec une prestation chaque mardi à 20h. Le festival d’orgue et de musique chorale de la Cathédrale des Saints Michel et Gudule, à Bruxelles, propose, cette année, un programme de sept concerts autour des œuvres de J.S. Bach, un des axes majeurs de la programmation, ainsi que François Couperin, Joseph Jongen et le répertoire médiéval.

L'organiste Albrecht Koch – titulaire de l'un des orgues les plus mythiques au monde, celui construit, en 1714, par le facteur allemand Gottfried Silberman, contemporain de J.S. Bach lui-même – se produira le 7 août. Les autres concerts autour de J.S. Bach seront donnés par Ute Gremmel, organiste allemande et spécialiste de l'œuvre de Bach.

«Bach in Wien» est le titre du concert que donnera Roman Summereder – l'une des grandes figures de l'orgue européen – et ce, dans le cadre de la présidence autrichienne de l’Union Européenne.

Le concert dédié à l'art de l'improvisation sera, lui, donné par le jeune organiste montois Stéphane Mottoul.

Compositeur du roi soleil (Louis XIV), François Couperin aurait eu 350 ans cette année. Pour marquer cet anniversaire, un programme orgue et chanteurs avec Luc Ponet, et l'ensemble vocal Utopia, est prévu.

Le concert d'ouverture du festival, le 10 juillet, associera l'organiste titulaire Bart Jacobs avec l'ensemble vocal Psallentes, spécialiste du répertoire grégorien et polyphonique, et d'une interprétation du répertoire médiéval.

Enfin, «le siècle de Joseph Jongen» réunira le magnifique ensemble Oxalys avec ses six musiciens, l'organiste titulaire Xavier Deprez, et l'une des lauréates du Concours Musical International Reine Elisabeth 2018 (chant). En plus de Joseph Jongen, des œuvres d'Albert Roussel et de Jean Cras plongeront le public dans l'univers onirique et virtuose de la Belle Epoque.

L.B.

www.cathedralisbruxellensis.be

photo : Ensemble Oxalys / © Ars in Cathedrali 2017.

Festival des Minimes Museum
Festival des Minimes Museum

Le Centre d’Oeuvre de Merode organise, cet été, une nouvelle édition du «Festival des Minimes», du 2 juillet au 31 août. Pour la première fois, la série de concerts estivaux – rebaptisée Festival des Minimes Museum – se déroule aux Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. C’est le tout nouvel Auditorium 490 qui accueille les mélomanes et curieux, tous les midis de 12h à 12h45 (excepté week-end et jours fériés). Un festival offrant l'entrée libre aux concerts à tous les publics.

Le directeur artistique du festival propose, pour cet été 2018, une programmation diversifiée de grande qualité. De grands artistes internationaux y prêtent leur concours et, aux côtés des maîtres, de jeunes musiciens virtuoses sont à l’affiche dans des programmes originaux. De plus, l’Ensemble Orchestral de Bruxelles présente, lors de deux concerts (ouverture et clôture du festival), de jeunes lauréats du Concours de Musique Breughel.

Parmi les concerts proposés notons, entre autres, le récital de piano de Jean-Claude Vanden Eynden (9/7), la prestation de l'Ensemble de Cuivres de Belgique (18/7), le concert du Sextuor à cordes Capriccio (27/7), le récital de guitare de Johan Fostier (3/8), le concert chant-piano de Cécile Latchenko et Eliane Reyes (10/8) ou encore le Quatuor de saxophones Shindo (30/8).

E.L.

www.festivaldesminimes.be

Midis-Minimes et Zomer van Sint-Pieter
Midis-Minimes et Zomer van Sint-Pieter

Rendez-vous musical de l’été, le Festival Midis-Minimes et son alter ego Zomer van Sint-Pieter proposent, du 2 juillet au 31 août, 44 concerts à Bruxelles et 35 à Louvain. Organisés en cycles hebdomadaires, traversés par trois semaines thématiques, ils réunissent plus de 200 musiciens.

Les Midis-Minimes proposent, du lundi au vendredi à 12h15, des concerts courts avec pour objectif de faire découvrir la richesse et la diversité de la musique à un public le plus large possible. Sa programmation permet d’explorer des époques, cultures et univers sonores très différents, des chants traditionnels italiens aux laudes franciscaines médiévales, des cantates françaises du 18e siècle à la musique de chambre russe du 20e siècle, en passant par des chefs-d’œuvre consacrés.

Comme à l’accoutumée, le festival est, cette fois encore rythmé, par les jours de la semaine. Les rencontres du lundi convient à des dialogues contrastés entre musiques italienne et galicienne; entre l’accordéon diatonique et le piano; entre le classique, Josephine Baker et l’univers de la chanson. Le mardi, la musique ancienne voyage surtout au 17e siècle, de l’Italie à l’Amérique latine, en passant par le nord de l’Europe et l’Angleterre. Le cycle 18e siècle, du mercredi, fait revivre les cours «alternatives» qui se sont développés après la mort de Louis XIV, et s’attarde sur l’art de la transcription. Les jeudis, les amateurs du 19e siècle peuvent apprécier des pièces instrumentales de Beethoven et de Schubert et, dans le domaine vocal, l'intégrale du «Winterreise» par Shadi Torbey ou des airs de Britten, Debussy et Ravel par la soprano Cécile Latchenko. Les vendredis, dédiés aux 20e et 21e siècles, trois trios vont interpréter une œuvre inédite (Septimus Trio), redécouverte (Trio Khaldei) et contemporaine (Trio Khnopff), tandis que le Lucid Duo propose un voyage dans l’univers du marimba..

Trois semaines thématiques viennent croiser l’organisation cyclique du festival : l'une dédiée au piano (16 au 20 juillet); une consacrée aux quatuors à cordes (30 juillet au 3 août). Et, comme les années précédentes, l’édition bruxelloise du festival offre un podium aux meilleurs éléments des classes de musique ancienne, de chambre et de jazz du Koninklijk Conservatorium Brussel, durant la semaine «Place aux jeunes» (20 au 24 août).

Pour rappel : les concerts Midis-Minimes sont donnés au Conservatoire Royal de Bruxelles; ceux de Zomer van Sint-Pieter au Schouwburg & Predikherenkerk à Louvain. Le droit d'entrée est de 5 € et gratuit pour les moins de douze ans.

S.D.

www.midis-minimes.bewww.zomer-van-sint-pieter.be

De Tiepolo à Richter - l’Europe en dialogue
De Tiepolo à Richter - l’Europe en dialogue

Des fondations européennes actives dans le domaine de la sauvegarde du patrimoine culturel présentent une centaine d’œuvres prestigieuses de leurs collections dans l’exposition « De Tiepolo à Richter, l’Europe en dialogue », organisée à Bruxelles. L’initiative s’inscrit dans le cadre de l’Année Européenne du Patrimoine Culturel et est soutenue par des partenaires enthousiastes partout en Europe.

L'exposition, présentée au Musée Art & Histoire, jusqu'au 30 septembre, illustre la façon dont le patrimoine a permis de stimuler les contacts entre les Européens d’un siècle à l’autre : la centaine d’œuvres qui y est dévoilée fait écho à l'histoire de tous les Européens. Elle souligne également l’action des fondations européennes en faveur de la sauvegarde et de la transmission du patrimoine culturel européen pour les générations futures, et leur engagement à rendre celui-ci accessible au plus grand nombre. Les œuvres ont été sélectionnées par chacune des 13 fondations participantes et leur présentation, côte à côte, produit un étonnant résultat hétéroclite. Des œuvres d'artistes des siècles passés, tels Auguste Rodin, Giovanni Battista Tiepolo, Jacob Jordaens, Albrecht Dürer et Francesco Hayez, côtoient des œuvres contemporaines de Gerhard Richter, Georg Baselitz, Ernst Ludwig Kirchner, Maria Helena Vieira da Silva et Léon Spilliaert.

S.D.

www.mrah.be

Photo : Musée Art & Histoire / © mrah

Charlemagne Palestine expose à Bozar
Charlemagne Palestine expose à Bozar

Musicien et plasticien new-yorkais de réputation internationale, Charlemagne Palestine vit et travaille à Bruxelles depuis 20 ans. Né à New-York en 1947, il a été, pendant les années 60 et 70, un pilier de la scène underground de Soho et Tribeca. Artiste à la fois imprévisible et provoquant, dont l’oeuvre multidisciplinaire défie toutes les catégories, il sillonne l’Europe et les États-Unis, présentant ses concerts de musique rituellique électronique et acoustique, et animant ses installations multimédia et projections d’art vidéo. On le connaît également pour ses installations de Gesamtkunstwerk qui présentent tous les aspects et les dimensions de sa personnalité artistique et de son oeuvre, dont l’utilisation de ses animaux en peluche emblématiques, véritables divinités totémiques, qui l’accompagnent lors de chacune de ses performances, présentations, lectures et expositions.

Il a réalisé sa première performance sur le sol belge en 1974, dans le Hall Horta du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Près de 44 ans après cette performance légendaire, il y présente sa première grande exposition solo en Belgique. Pendant plus de trois mois, ses alter ego, divinités totémiques, pianos, tissus bigarrés, oeuvres photographiques, peintures, et installations sonores composant l’univers de CharleWorld habiteront les espaces conçus par Victor Horta. L'occasion pour le public de découvrir ses sculptures totémiques et animistes ainsi que son univers visuel fascinant, à la fois chaotique, incantatoire et jubilatoire.

A noter que les 10, 12 et 14 juin à Bozar, cinq projections de courts-métrages, en présence de l’artiste, reviendront sur les vidéos pionnières de Charlemagne Palestine, ses apparitions dans les films d’autres artistes, et proposeront plusieurs documents permettant de découvrir son oeuvre.

L'exposition, présentée dans les antichambres de Bozar, est visible jusqu'au 26 août.

L.B.

Info : tél 02. 507 82 00 – www.bozar.be

Photo : © Yannick Sas

«Folon Photos Graphiques» à La Hulpe
«Folon Photos Graphiques» à La Hulpe

La Fondation Folon présente actuellement l'exposition «Folon Photos Graphiques», qui permet de découvrir le rapport de l'artiste à la photographie. Quelques 250 clichés, exposés ou projetés, apportent un éclairage inédit sur la méthode et sur la cohérence du travail de Jean-Michel Folon.

Jean-Michel Folon s’est aventuré dans bien des domaines artistiques. S'il est surtout connu comme peintre, dessinateur, sculpteur, affichiste... en revanche, on connaît peu sa photographie. Ce n’est que récemment que sa famille a légué ce précieux matériel à la Fondation.

Il a visité de nombreuses villes et c’est leur vocabulaire graphique qu’il a retenu : des flèches, des symboles, des objets. Folon parvient à rendre compte d’un univers particulier en travaillant sur les cadrages et en domptant la lumière de manière subtile.

D’autres photos, plus personnelles, ont saisi des moments de connivence avec les complices d’une époque : Pierre Alechinsky, César, Federico Fellini, Milton Glaser, David Hockney, Yves Montand, Saul Steinberg. L’exposition présente également des portraits de l’artiste au travail ou dans l’intimité de son quotidien, immortalisé par ses amis photographes, tels Henri Cartier-Bresson, Jacques-Henri Lartigue, Jeanloup Sieff, Giorgio Soavi ou encore André Villers.

L'exposition est visible, jusqu'au 25 novembre prochain, à la Ferme du Château de La Hulpe.

C. de V.

www.fondationfolon.be

Photo: voyages - Egypte / © Fondation Folon

Midsummer Mozartiade
Midsummer Mozartiade

Le Festival Midsummer Mozartiade, qui célèbre les chefs-d’œuvre de Mozart et le patrimoine bruxellois de son époque, investira la Place des Martyrs, à Bruxelles, et son théâtre, du 1er au 8 juillet. Une troisième édition qui offrira un programme centré sur l'opéra Cosí Fan Tutte, revisité et dédié tant aux mélomanes qu'aux novices en opéra, mais complété d'un récital de «tubes» du 18e siècle, de concerts en plein air et de conférences sur le patrimoine culturel. Le Festival Midsummer Mozartiade entend valoriser en même temps les chefs-d’œuvre de Mozart, les fleurons du patrimoine bruxellois du 18e siècle et les jeunes artistes de talent.
Au Théâtre des Martyrs auront lieu quatre représentations de ce marivaudage musical, aussi drôle que dramatique, sur fond d’un pari cynique mettant à l’épreuve la fidélité de deux jeunes couples. Six étoiles montantes de la scène lyrique belge emmèneront le public sous le soleil brûlant de Naples, accompagnées par l’Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, placé sous la direction de David Miller, et dans une mise en scène d’Eric Gobin. Le festival proposera, également au Théâtre des Martyrs, Fiordiligi’s Favorites, un récital de la soprano allemande Anke Herrmann et du pianofortiste belge Lucas Blondeel. La Place des Martyrs sera le théâtre de six concerts gratuits en plein air dans une ambiance festive. L’ensemble Venti Nuovi interprétera notamment des œuvres pour instruments à vent de Mozart et Cimarosa.

L’Ensemble de Cuivres de Belgique revient avec, notamment, des pages de Rossini, Rimsky-Korsakov et Piazzolla. L’octuor vocal Contr’Air – nouveau venu au festival et récemment constitué par Damien Parmentier – abordera un répertoire napolitain allant des œuvres chorales de Traetta, Paisiello et Cimarosa à des arrangements de mélodies populaires.
Ce vaste programme musical sera complété par des conférences, à la Maison CFC (l’ancienne librairie Quartiers Latins), comme celle donnée en français par l’historien Christophe Loir qui abordera l’influence de la découverte de Pompéï et Herculanum sur l’art néoclassique. Ou encore, en néerlandais, celle de la musicologue Eveline Nikkels, qui examinera Cosí Fan Tutte comme un miroir de la morale à la fin du 18e siècle.

S.D.

Info : amadeusandco.com

Pavillon Horta-Lambeaux
Pavillon Horta-Lambeaux

Le retour de la belle saison a marqué le moment de la réouverture du Pavillon Horta-Lambeaux, situé au cœur du parc du Cinquantenaire, à Bruxelles.

Ce petit bâtiment de style néo-classique, dessiné en 1889 par Victor Horta, abrite le célèbre relief en marbre blanc nommé «Les Passions Humaines» : une œuvre du sculpteur Jef Lambeaux.

Le Pavillon sera accessible jusqu'au 28 octobre, les mercredis de 14h à 16h et les samedis et dimanches de 14h à 16h45. Chaque dernier dimanche du mois, à 10h30 (Fr) et 11h30 (Nl), il est possible de participer à une visite guidée pour individuels, à réserver sur www.ticket.kmkg-mrah.be.

E.L.

Info : tél. 02 741 73 31 - www.kmkg-mrah.be/fr/pavillon-horta-lambeaux

« Melancholia » à la Villa Empain
« Melancholia » à la Villa Empain

Septante oeuvres d’artistes majeurs, originaires de différentes parties du monde, et de nombreuses installations conçues in situ pour la Fondation Boghossian, sont regroupées dans l'exposition « Melancholia » qui se tient jusqu'au 19 août à la Villa Empain.

Cette exposition couvre plus de 150 ans de représentation artistique et invite le public à explorer le sentiment mélancolique et ses représentations universelles, au travers d’un dialogue établi entre les oeuvres d’artistes modernes et contemporains, qui sont inspirés par la nostalgie d’un ailleurs ou d’un avant, et par les représentations de la solitude, des ruines et du temps qui passe.
Les artistes concernés sont : Etel Adnan, Manal Al Dowayan, El Anatsui, Farah Atassi, Abdelkader Benchamma, Barbara Bloom, Joseph Beuys, Christian Boltanski, Pascal Convert, Eli Cortiñas, Giorgio De Chirico, Paul Delvaux, Marlene Dumas, Lionel Estève, Jef Geys, Alberto Giacometti, Geert Goiris, Mimmo Jodice, On Kawara, Martin Kippenberger, KRJST Studio, René Lalique, Marwan, Mathieu Mercier, Melik Ohanian, Claudio Parmiggiani, Giuseppe Penone, Constant Permeke, Félicien Rops, Marius-Ernest Sabino, Norbert Schwontkowski, Lucile Sevin, Kiki Smith, Léon Spilliaert, Tatiana Wolska, Samuel Yal, Rémy Zaugg et Lamia Ziadé.

S.D.

Villa Empain : 67 avenue Franklin Roosevelt - 1050 Bruxelles - www.boghossianfoundation.com

Photo : Pascal Convert - Falaise de Bâmiyân, 2017 / © Lola Pertsowsky

Turpitour... Bruxelles et ses petits travers
Turpitour... Bruxelles et ses petits travers

Il s'agit à la fois d'un parcours touristique et d'un spectacle satirique, à bord d'un bus, qui mène les voyageurs à travers diverses communes de la Région de Bruxelles Capitale. Les auteurs et interprètes Jean-Michel Briou et Bernard Melchior sont les fondateurs du concept Turpitour et ils bénéficient, pour ce projet, du parrainage de la Brasserie Lefebvre. Ils font (re)découvrir quelques lieux bruxellois aux histoires surprenantes, ses quartiers attachants et insolites; et ce, sur fond musical avec chansons (en live) et en évoquant des anecdotes amusantes et des situations drôles. Le tout saupoudré d'une bonne dose d'ironie et d'autodérision.

Conçu comme une visite guidée agrémentée d'un show hilarant, ce circuit de 90 minutes passe par une vingtaine de lieux emblématiques, dans une dizaine de communes, et fait une petite halte à l'Abbaye de La Cambre. Les lieux et les acteurs de la région y sont classés en six catégories : abracadabrants, entourloupes, micmacs, olibrius, ripoux et pignoufs. Les sempiternelles querelles régionales, décisions tarabiscotées, combines et manigances sont bien évidemment mises en exergue!

Turpitour est programmé tous les samedis et dimanches à 11h et 14h30. Le point de rendez-vous pour le départ est la Brasserie « La Porteuse d'Eau » – 48 rue Jean Volders – 1060 Bruxelles. Le prix est de 25 € / personne. Réservation en ligne : www.billetweb.fr/turpitour.

Si le Turpitour ravira sans nul doute un large public, il est toutefois bon de savoir qu'il ne s'agit nullement d'un circuit touristique classique et que pour apprécier toutes les « saveurs » de ce tour de ville, il est préférable de bien maîtriser la langue française et de connaître un peu la complexité du contexte – tant au niveau historique que politique – qui caractérise la capitale de l'Europe!

L.B.

www.turpitour.be

Photo : Jean-Michel Briou et les passagers du Turpitour lors de l'arrêt à l'Abbaye de La Cambre.

Guide Culturel de Bruxelles 2018
Guide Culturel de Bruxelles 2018

Outil idéal pour profiter pleinement de la richesse de l’offre culturelle de la capitale et planifier ses sorties et ses loisirs de l'année 2018, le nouveau Guide Culturel de Bruxelles est paru le 20 novembre dernier. Une initiative de la Fondation pour les Arts, réalisée en collaboration avec visit.brussels et avec le soutien de la Région de Bruxelles Capitale.

La première partie de l’ouvrage propose un tour d’horizon, mois par mois, des festivals, des expositions et des grands événements qui animeront la capitale durant toute l'année 2018. La deuxième partie présente l’ensemble des salles de spectacle et de théâtre, avec leur programmation respective. Et en fin du guide, on retrouve une liste des adresses culturelles et récréatives de la capitale : centres culturels, musées, cinémas, clubs de jazz, cafés, visites thématiques et tours de ville. Cette année, le guide dispose aussi d’une toute nouvelle fonctionnalité avec l’appli mobile IGOTO, qui permet d'obtenir, à tout moment, des informations actualisées. Il suffit de scanner un visuel du guide pour obtenir, sur son smartphone, toutes les informations pratiques de l’événement choisi. L’édition 2018 du guide est en vente dans les librairies et les bureaux de tourisme de la capitale.

S.D.

100 trésors des musées bruxellois
100 trésors des musées bruxellois

Les musées bruxellois regorgent de pièces uniques et la richesse des collections permanentes des musées de la capitale est exceptionnelle. Quelques pièces extraordinaires ont été rassemblées dans un livre intitulé « 100 trésors des musées bruxellois »; un ouvrage paru aux Editions Racine - Lannoo et réalisé en collaboration avec le Conseil Bruxellois des Musées.

Qu’il s’agisse d’oeuvres de Magritte, Panamarenko ou Brueghel, des iguanodons de Bernissart, d’un fétiche à clous congolais ou de hochets précieux, les cent trésors présentés dans ce livre appartiennent aux collections permanentes de 41 musées bruxellois. Ils ont été sélectionnés en fonction de leur portée historique, leur état de conservation, leur unicité et leur rareté. Pour chacune des pièces, les auteurs livrent une description, une remise en contexte et une anecdote.

Cette publication, disponible en français, en néerlandais et en anglais, est vendue en librairie ainsi que sur les sites : www.brusselsmuseums.be et www.racine.be

C.F.