Culture

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Festival Afropolitan
Festival Afropolitan

Du 23 au 25 février, Bozar présente la 2e édition du Festival Afropolitan. Durant trois jours, un programme multidisciplinaire fera la part belle à l’art, à la créativité et à la réflexion afropolitains, avec pour thème « Black Artlantic » et une mise en valeur des artistes et intellectuels d’Europe et des USA, ayant des racines africaines.

Le cinéma évoquant la lutte afro-américaine contemporaine occupera une place importante dans la programmation de cette édition. En effet, Damon Davis présentera son documentaire « Whose Streets », Julie Davis sera présente lors de la projection de son film culte « Daughters of the Dust » (1991) - le premier film réalisé par une femme afro-américaine à bénéficier d'une sortie en salles aux USA -, et le musicien belgo-congolais Baloji présentera son premier court métrage de fiction : « Kaniama tv ».

Sur la scène musicale, le public retrouvera le groupe Magic System. Connu notamment pour le tube planétaire « Bouger Bouger », il fêtera ses 20 ans d’existence à la salle Henry Le Bœuf.

Dans la galerie Ravenstein, un marché sera organisé, d’où partira un défilé de mode en direction du Palais des Beaux-Arts. Ce festival sera aussi le moment idéal pour admirer les cinq vitraux que l’artiste Kehinde Wiley expose, de février à avril, à Bozar.

E.L.

Info : tél. 02 507 82 00 - www.bozar.be

Photo : Aida Muluneh Conquest 2014.

Limite entre photographie et surveillance ?
Limite entre photographie et surveillance ?

Watching You, Watching Me est une exposition itinérante de l'Open Society Foundation - New York, qui est présentée à Bozar, à Bruxelles, du 26 janvier au 18 février. Elle met en images le travail de dix artistes qui examinent de près la culture de la surveillance et explorent la frontière fragile entre public et privé. Car où est la limite entre photographie et surveillance ?

Cette exposition fait partie des évènements 2018 Privacytopia, organisés dans le cadre de la conférence internationale « Computers, Privacy and Data Protection ».
 Elle se penche sur la photographie envisagée comme un instrument de surveillance et un outil permettant de souligner et de remettre en question l’impact négatif de son utilisation.

Pour s’attaquer à la difficulté de rendre manifeste ce qui est à la fois omniprésent et caché – apparemment partout et nulle part en même temps –, les artistes de cette exposition ont eu recours à une série d’approches dynamiques.

Les œuvres à découvrir sont des réalisations de Mari Bastashevski & Privacy International, Edu Bayer, Josh Begley, Paolo Cirio, Hasan Elahi, Andrew Hammerand, Mishka Henner, Simon Menner, Julian Roeder et Tomas van Houtryve.

E.L.

photo : © Julian Roeder

Guide Culturel de Bruxelles 2018
Guide Culturel de Bruxelles 2018

Outil idéal pour profiter pleinement de la richesse de l’offre culturelle de la capitale et planifier ses sorties et ses loisirs de l'année 2018, le nouveau Guide Culturel de Bruxelles est paru le 20 novembre dernier. Une initiative de la Fondation pour les Arts, réalisée en collaboration avec visit.brussels et avec le soutien de la Région de Bruxelles Capitale.

La première partie de l’ouvrage propose un tour d’horizon, mois par mois, des festivals, des expositions et des grands événements qui animeront la capitale durant toute l'année 2018. La deuxième partie présente l’ensemble des salles de spectacle et de théâtre, avec leur programmation respective. Et en fin du guide, on retrouve une liste des adresses culturelles et récréatives de la capitale : centres culturels, musées, cinémas, clubs de jazz, cafés, visites thématiques et tours de ville. Cette année, le guide dispose aussi d’une toute nouvelle fonctionnalité avec l’appli mobile IGOTO, qui permet d'obtenir, à tout moment, des informations actualisées. Il suffit de scanner un visuel du guide pour obtenir, sur son smartphone, toutes les informations pratiques de l’événement choisi. L’édition 2018 du guide est en vente dans les librairies et les bureaux de tourisme de la capitale.

S.D.

PhotoBrussels Festival
PhotoBrussels Festival

Créé en 2016, le PhotoBrussels Festival est une rencontre dédiée à la photographie contemporaine, sur un thème donné et réunissant des photographes de différentes cultures et origines.

La deuxième édition du PhotoBrussels Festival est consacrée à la photographie de portraits et se tient, du 17 novembre au 20 janvier, au Hangar Art Center à Ixelles. Toutefois, ayant pour objectif de rayonner dans Bruxelles puis au niveau national et international, PhotoBrussels Festival se déploie dans la ville à travers la participation d'autres galeries et lieux culturels. Comme cette année, par exemple, le Korean Cultural Center, l'Atelier Relief ou la Galerie Particulière.

PhotoBrussels Festival

Elle rassemble environ 150 œuvres réalisées par 16 artistes et un mixte de photographie d’auteur et de photographie documentaire reflétant toutes les facettes techniques de la photographie contemporaine. Les étudiants de la section photo de La Cambre (Bruxelles) et de celle de l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers ont été invités à exposer leurs travaux au Petit Hangar, nouvel espace ouvert depuis septembre dernier.

Sont également au programme de ce festival : des expositions hors murs, une rencontre avec le photographe et portraitiste français Pierre Gonnord (15 novembre, en preview du festival), un workshop Leica (25 novembre), des visites guidées organisées par Arkadia (2 et 10 décembre) ainsi qu'un bookshop proposé, pendant toute la durée du festival, au Hangar par la Librairie Hors Format.

Les artistes participant à cette édition 2017 sont Niloufar Banisadr (Iran), Liu Bolin (Chine), Flora Borsi (Hongrie), Clark & Pougnaud (France), Karel Fonteyne (Belgique), Pierre Gonnord (France), Sam Ivin (Grande-Bretagne), Youngho Kang (Corée), Jean-Daniel Lorieux (France), Marie Moroni (France), Orlan (France), Olivier Truyman (Belgique), David Uzochukwu (Autriche), Ruud van Empel (Pays-Bas), Jean–Marc Wullschleger (France) et Jean–Claude Wouters (Belgique).

S.D.

Hangar Art Center : 18 Place du Châtelain – 1050 Brussels – www.photobrusselsfestival.com

photo 1 : © Pierre Gonnord (2009) / photo 2 : © Ruud van Empel (2016)

100 trésors des musées bruxellois
100 trésors des musées bruxellois

Les musées bruxellois regorgent de pièces uniques et la richesse des collections permanentes des musées de la capitale est exceptionnelle. Quelques pièces extraordinaires ont été rassemblées dans un livre intitulé « 100 trésors des musées bruxellois »; un ouvrage paru aux Editions Racine - Lannoo et réalisé en collaboration avec le Conseil Bruxellois des Musées.

Qu’il s’agisse d’oeuvres de Magritte, Panamarenko ou Brueghel, des iguanodons de Bernissart, d’un fétiche à clous congolais ou de hochets précieux, les cent trésors présentés dans ce livre appartiennent aux collections permanentes de 41 musées bruxellois. Ils ont été sélectionnés en fonction de leur portée historique, leur état de conservation, leur unicité et leur rareté. Pour chacune des pièces, les auteurs livrent une description, une remise en contexte et une anecdote.

Cette publication, disponible en français, en néerlandais et en anglais, est vendue en librairie ainsi que sur les sites : www.brusselsmuseums.be et www.racine.be

C.F.

Un photographe à suivre...
Un photographe à suivre...

Benoît Theunissen est né en 1960. Dès sa sortie de l’Insas en 1981, il travaille dans le domaine du cinéma. Il débute tout en bas de l’échelle, d’abord comme machiniste puis chef machiniste. Les techniques évoluant toujours, et désireux d’évoluer avec elles, Benoît Theunissen a suivi une formation d’opérateur steadicam. Il est très vite remarqué pour la qualité de son travail avec ce nouveau type de matériel et est appelé sur des productions ambitieuses. Durant plus de trois décennies, Benoît Theunissen a fréquenté quantité de réalisateurs aux origines et univers les plus divers. Mais il apprécie aussi énormément la photographie. Il précise que la photo lui permet d’opérer un travail personnel qui ne dépend pas d’un réalisateur ou d’un chef opérateur. Cela ne fait que cinq ans qu'il expose ses clichés photographiques. Il ressent le besoin de communiquer au public cette sensibilité photographique en dehors de son travail de technicien. Dans l’exposition présentée, l'été dernier, à la Private Gallery à Ixelles, Benoît Theunissen proposait trois types de photos : portraits « People », paysages « Urban » et paysages « Nature ». Des photos de visages de femmes, d'hommes et enfants issus de diverses contrées, que l'on retrouve dans son livre « People - Photography collection », paru en mai 2016 chez l'éditeur Atom Prod sprl. Chaque portrait repris dans l'ouvrage est le fruit d'une rencontre imprévue, au gré d'une balade et d'un court échange avec le sujet photographié.

L.B.

(www.theunissen-benoit.com)