Divers

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Clinique du Poids Junior
Clinique du Poids Junior

L’obésité constitue l’un des grands défis pour la santé publique au 21e siècle pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Plus de 17% des jeunes, entre 10 et 20 ans, sont en surcharge pondérale en Communauté française de Belgique et 6% le sont déjà au niveau obésité. Une situation alarmante qui, si elle n’est pas prise en charge à un jeune âge, peut entraîner des pathologies importantes. Les enfants en surpoids et obèses restent dans 80% des cas obèses une fois adultes. Ils sont plus prédisposés à développer des pathologies connexes comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, les troubles musculo-squelettiques, certains types de cancer ou des troubles psychologiques à un jeune âge. Une prise en charge pluridisciplinaire et précoce de l’obésité permet de réduire ces risques.

L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) a créé une « Clinique du Poids Junior » pour la prise en charge pluridisciplinaire, spécifique et précoce de l’obésité infantile en proposant un suivi psychologique, diététique et sportif – dans le cadre de sessions individuelles ou de groupe – en fonction des besoins et du degré de surpoids de chaque enfant. L’objectif fixé n’est pas une perte de poids rapide, mais une rééducation de toute la famille entraînant des résultats significatifs à long terme.

Pour rappel, l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola est membre du réseau des hôpitaux publics bruxellois IRIS, du CHU de Bruxelles, du Pôle Hospitalier Universitaire de Bruxelles et le principal site d'activités pédiatriques de l'Université Libre de Bruxelles. Inauguré en 1986, l'HUDERF est l'unique hôpital universitaire belge entièrement réservé à la médecine des enfants.

C. de V.

HUDERF : 15 avenue Jean Joseph Crocq – 1020 Bruxelles – tél. 02 477 33 11 – www.huderf.be

The Body Shop passe dans le giron de Natura
The Body Shop passe dans le giron de Natura

L’alliance de Natura, The Body Shop et Aesop donne naissance à un groupe de cosmétiques multi-canal, multi-marque, international et ambitieux.

Natura Cosméticos SA, leader brésilien de l’industrie des cosmétiques et des soins, a finalisé l’acquisition de la société The Body Shop auprès du groupe L’Oréal. Cette acquisition permet à l’entreprise Natura de franchir une étape significative dans le déploiement d’un groupe de cosmétiques international en rassemblant trois marques puissantes : Natura, The Body Shop et Aesop, qui partagent des valeurs et des objectifs communs tels le commerce équitable, le développement durable et la volonté d’avoir un impact positif sur le plan social. Ce rachat favorisera le développement et la présence internationale de Natura en lui donnant accès à plusieurs marchés stratégiques et en enrichissant son portefeuille de nouveaux produits.

Fondée en 1969, Natura est une multinationale brésilienne qui fut la première société au monde cotée en bourse à recevoir une certification « B Corp » en décembre 2014; ce qui souligne ses performances transparentes et durables en matière d’engagements sociaux, environnementaux et économiques.

La marque de beauté australienne Aesop a, elle, été fondée en 1987 avec pour objectif de créer une gamme de produits d’excellence pour la peau, les cheveux et le corps. Et The Body Shop, créée en 1976 à Brighton en Angleterre, est une marque de beauté mondiale. The Body Shop cherche à faire une différence positive en offrant des soins de la peau, soins capillaires et maquillage inspirés par la nature et produits de manière éthique et responsable.

L.B.

Photo: Collection Strawberry de The Body Shop

Nouvelle application pour découvrir Tour & Taxis
Nouvelle application pour découvrir Tour & Taxis

Tour & Taxis, à Bruxelles, lance une toute nouvelle application disponible gratuitement. Les informations disponibles sur cette application permettent de se balader, à son propre rythme, dans les bâtiments emblématiques du site de Tour & Taxis. Disponible en trois langues, cette application offre principalement des informations sur l’histoire du site et quelques éléments d’actualité. Une vingtaine d éléments y sont repris comme, entre autres, le contexte géographique du port de Bruxelles et ses canaux, l'architecture et les caves de l'Entrepôt Royal, le pont monumental et la halle aux poissons, la station de marchandises, l'hôtel de la douane et également le site aujourd'hui et son développement dans le futur.

Parcourir tout le circuit avec l’application prend environ une heure mais bien évidemment, tout le monde est libre de décider du temps de sa visite... L’application Tour & Taxis est disponible sur l’App Store ou sur Google Play et elle existe en français, en anglais et en néerlandais.

Pour télécharger l'application :

C.F.

Aidants proches : problème ou atout pour les entreprises ?

Selon l’association européenne Eurocarers, un aidant proche est « une personne qui prodigue des soins non rémunérés à une personne ayant une maladie chronique, un handicap ou un autre besoin de santé, et ce, en dehors d’un contexte formel ou professionnel ». Selon les résultats d’une enquête Eurofound sur la qualité de vie, 14% des aidants proches n’ayant pas d’activité professionnelle sont en dépression, soit deux fois plus que les aidants proches actifs. Rien que cette donnée démontre que le maintien dans l’emploi des aidants proches est un défi réel.

Les aidants proches couraient en moyenne trois fois plus de risques de souffrir de burn-out ou de dépression que l’ensemble des salariés. Collevio s’est donnée pour mission de répondre aux besoins des aidants proches et de transformer les entreprises en structures « aidants proches admis ». Pour le bénéfice des deux parties.

Les estimations montrent que 40% à 60% des salariés sont ou deviendront un jour des aidants proches au cours de leur carrière professionnelle. Et pourtant, force est de constater que leurs besoins ne sont que très peu rencontrés dans les milieux professionnels belges. Car si les aidants proches se soucient du bien-être d’une personne qui leur est chère, qui se soucie d'eux ? Près d'un aidant proche sur deux déclare un manque de compatibilité entre ses engagements professionnels et son rôle d'aidant. Et malgré cela, 86% ne l'exprimeront pas auprès du département RH. Les aidants proches actifs ont des besoins spécifiques et il est vital, sur le plan de la cohésion sociale mais aussi économique, d’y répondre. D’autant que, par leur activité d’aide, les aidants proches ont développé des compétences et des qualités spécifiques qui sont des atouts pour l’entreprise : empathie, sens accru de l’organisation, résistance au stress.

Née en février 2017 au sein de l’incubateur bruxellois CAREvolution, mis en place par le groupe Partena Promeris, Collevio a développé un ensemble de services spécifiquement pensés pour les aidants proches actifs professionnellement et les employeurs soucieux du bien-être de leurs salariés-aidants proches.

Unique sur le marché, la plateforme « Actevio » de Collevio regroupe une offre de services pour aidants proches comprenant le service :

Infoline (entre 16h et 20h), un call center dédié pour partager des premières pistes concrètes, aiguiller vers les services d’aide existants et détecter les situations de détresse sous-jacentes;

Easyline, une conciergerie accompagnant l’aidant proche dans une série de tâches liées à sa mission d'aidant telles que démarches administratives, organisation d'un transport ou d'un voyage, commande de matériel médical, organisation de services à domicile...

Coaching Line (entre 8h et 21h), permettant de parler à des psychologues formés sur la base d’une méthodologie développée pour Collevio par HoGent;

Home Services, une liste de prestataires pour les petits travaux (électricité, plomberie, peinture, carrelage, chauffage…);

Online Services (24h/24), une librairie multimédia et un webshop notamment.

Ces services aux aidants proches sont financés par un abonnement annuel qui est payé par l’entreprise qui les emploient et calculé au prorata de son effectif global – ce qui équivaut à mutualiser le « risque ». Plusieurs entreprises ont d’ores et déjà entamé une démarche de ce type, notamment Manpower, Partenamut et Lunch Garden.

C.F.

Info : www.actevio.be

Location de véhicules entre particuliers
Location de véhicules entre particuliers

Créée en 2010 en France, Drivy est une plateforme de location de véhicules entre particuliers en Europe. Le service Drivy est disponible en Belgique depuis fin juin 2016, avec au départ 250 véhicules disponibles, Aujourd’hui, Drivy compte, en Belgique, plus de 14.000 utilisateurs et son offre de véhicules a été multipliée par 5, avec 1.300 voitures proposées à la location. Cette croissance rapide montre l’intérêt des Belges pour l’économie du partage et en particulier celui des véhicules. C’est dans trois grandes villes - Bruxelles, Anvers et Gand - que la plateforme rencontre le plus de succès.

Le service Drivy est disponible dans 5 pays (Belgique, France, Allemagne, Espagne et Autriche) et totalise plus de 45.000 véhicules et 1,5 million de membres. La Belgique bénéficie de la popularité de Drivy en Europe, avec 15% de ses locations réalisées par des visiteurs ou des touristes étrangers. Les véhicules les plus loués en Belgique sont : la citadine à 33 €/jour, la voiture familiale à 41 €/jour et l’utilitaire à 50 €/jour (prix moyen).

Début 2017, Drivy a noué un partenariat avec D’Ieteren Auto, le leader de la distribution de voitures en Belgique. Les concessions qui mettent en location leurs véhicules sur la plateforme Drivy peuvent ainsi optimiser et rentabiliser leurs flottes. Et Drivy a également lancé une offre dédiée aux professionnels.

G.W.

https://fr.drivy.be/

Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise
Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise

Ouvert depuis avril 2017, le Yadoya – signifiant auberge en japonais – est un hôtel de 73 chambres, situé dans un quartier bruxellois en plein mouvement, en face du Kaai Theater et du futur Musée d’art contemporain Pompidou.

Fasciné par le Japon depuis des décennies, l’architecte d’intérieur Michel Penneman a donné libre cours à son inspiration pour décliner, dans l’hôtel, les codes essentiels du design japonais. Lumière chaude et tamisée, claustras en bois, mobilier, estampes de couleur, musique douce, … avec ça et là quelques objets étonnants et détonants dans cet univers sobre et raffiné.

Dans cette démarche artistique, il a travaillé en tandem avec Jun Gobron, designer japonais qui a créé des meubles pour l’hôtel, à l’instar de la chaise Yado.

Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise

La tradition et la modernité sont présentes dans chaque détail de l’hôtel, que ce soit pour les tables de nuit dans lesquelles une pièce de 5 yens – une tradition porte-bonheur au Japon – a été incrustée; au travers des tissus double face, créés au Japon, mixant l’univers manga et celui des temples japonais ou encore pour les lanternes disséminées dans le lobby et le jardin, réalisées par des artisans du sud du Japon.

Le Yadoya est un projet du groupe Everland, groupe international développant des projets immobiliers urbains au travers de concepts forts et innovants et gérant plus d’une dizaine d’hôtels.

S.B.

Yadoya : 32-33 boulevard d’Anvers - 1000 Bruxelles – tél. + 32 (0)2 209 31 10 - www.yadoyahotel.be

Financement européen pour les nouveaux trains de la SNCB
Financement européen pour les nouveaux trains de la SNCB

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) accorde un prêt de 600 millions d’euros à la Société Nationale des Chemins de fer Belges (SNCB) pour investir dans la modernisation de son matériel roulant. Pour la BEI, cette opération vise à soutenir et favoriser le rail comme moyen de transport par rapport à la route et s’inscrit dans son objectif prioritaire de lutte contre le changement climatique auquel contribue le développement du transport durable.

Les nouveaux trains seront en circulation, sur l’ensemble du territoire, entre 2018 et 2021. La mise sur rail de ces nouveaux trains - concentrés de technologies de transport modernes, offrant davantage de places, de confort, de sécurité et une augmentation de la fréquence - contribuera à augmenter l’utilisation du ferroviaire en Belgique, comme dans les pays voisins.

Un contrat de prêt de 400 millions d'euros a été signé, au printemps 2017, et il fait suite à une première tranche de 200 millions d'euros attribuée en décembre 2016. Le financement de la BEI contribuera au règlement de la commande passée par la SNCB à Bombardier-Alstom pour 445 voitures à double étage M7, ce qui permettra la mise hors service du vieux matériel et l’accroissement de l’offre SNCB pour les usagers. Il s’agit d’un prêt à long terme (25 ans), à des conditions favorables telles que peut les proposer la BEI, en tant que Banque de l’Union Européenne, pour des projets solides soutenant les priorités européennes.

Au total, la SNCB a besoin d’environ 190.000 places supplémentaires d’ici 2030, dont 105.000 d’ici 2023, principalement pour rajeunir son parc de matériel et remplacer du vieux matériel qui est incompatible avec l’European Train Control System (ETCS) - système de contrôle automatique des trains -, et aussi accroître le nombre de places assises. Le nouveau matériel à double étage M7 apportera à ce niveau une contribution cruciale. Le choix des trains double étage a été principalement déterminé par la capacité limitée de la jonction Nord-Midi.

La commande de 445 voitures comprend un mélange de différents types de matériel (voitures motorisées avec poste de conduite, automotrices et voitures classiques) qui représentent ensemble environ 90 trains à double étage.

Les voitures M7 seront compatibles avec les voitures double étage M6 existantes, ce qui simplifiera les accouplements. Un autre avantage est que, vu la fourniture de motrices de traction, le matériel M7 peut rouler tant dans une configuration automotrice que dans une configuration classique avec une locomotive et des voitures. Ceci permet d’augmenter la flexibilité d’exploitation du matériel. De plus, les voitures seront équipées de tous les dispositifs pour l’installation des systèmes de communication et d’information modernes.

C.F.

Photo: Train en gare de Liège-Guillemins / © SNCB

Spa-Classic 2017
Spa-Classic 2017

Depuis le début des années 2000, Peter Auto a créé des plateaux dédiés à différentes périodes de l’histoire du sport automobile et à différents modèles de voitures de compétition sur circuit. Ils mettent en exergue les modèles GT, sports, prototypes et tourisme qui ont marqué l’histoire de l’endurance. Cette année, un nouveau plateau - premier dédié à la monoplace - sera en avant-première à Spa-Francorchamps du 19 au 21 mai. Il s'agit de l’Euro F2 Classic qui est la première série de monoplaces by Peter Auto et regroupe les monoplaces de Formule 2 ayant fait les grandes heures du Championnat d'Europe entre 1967 et 1978. Considérée à l’époque comme l’antichambre de la Formule 1, cette discipline a formé pendant une décennie des pilotes qui allaient marquer l’histoire du sport automobile comme, entre autres, Jacky Ickx, Jean-Pierre Beltoise, Ronnie Peterson ou Jacques Laffite. Nombreux étaient les constructeurs de châssis à s’affronter également dans cette discipline. Des monoplaces de Formule B et de Formule Atlantic (deux séries américaines de cette même période) complèteront le plateau qui prendra la piste à Spa-Classic.

Au total, ce sont plus de 400 voitures de course qui s’élanceront vers le Raidillon, de jour comme de nuit, durant les trois jours de Spa-Classic 2017.

C.F.

www.spa-classic.com

Convention entre citydev.brussels et Bruxelles Environnement

Bruxelles Environnement et citydev.brussels ont établi une convention-cadre pour répondre conjointement aux défis de la Région de Bruxelles Capitale. Par cet acte, les deux institutions affirment leur volonté d’amplifier les synergies entre les politiques de développement urbanistique et de développement des espaces verts.

citydev.brussels accomplit des missions de développement économique et de rénovation urbaine. L’institution développe des opérations qui restructurent les espaces urbains fragilisés en y réalisant des logements, des équipements collectifs, des espaces publics et des commerces nécessaires à la vie d’un quartier.

En tant qu’administration contribuant à l’amélioration de la qualité de vie et de l’environnement, Bruxelles Environnement, spécialisée dans le développement d’espaces verts et naturels à Bruxelles, constitue un partenaire tout naturel.

citydev.brussels et Bruxelles Environnement ont signé une convention-cadre afin de faciliter les échanges, de faire émerger des projets communs et de multiplier le partage de connaissances entre elles.

Un premier projet concret de collaboration entre les deux entités a déjà vu le jour à Anderlecht. En effet, citydev.brussels a récemment acquis l’ancien site de Leonidas en vue d’y développer l’îlot CityGate III, un projet exemplaire en termes de mixité des fonctions et d’intégration urbaine. L’opportunité de réaliser également un espace vert de 2.500 m² s’est rapidement imposée comme une évidence pour les services de citydev.brussels, qui en ont fait part à Bruxelles Environnement. Et les deux institutions ont établi une convention pour le développement d’un parc public qui contribuera au maillage vert de la zone Biestebroek. Dans ce cadre, Bruxelles Environnement et citydev.brussels contribueront ensemble financièrement à l’acquisition du site Leonidas. De son côté, citydev.brussels aura la maîtrise d’ouvrage pour la partie urbanisée et cèdera à Bruxelles Environnement la pleine propriété des surfaces dédiées à l’espace vert. De cette manière, le coût de l’aménagement du parc public ne sera pas entièrement répercuté sur les futurs acquéreurs de logement. Pour mener à bien cette opération, les deux partenaires se coordonneront pour garantir une parfaite cohérence et complémentarité des projets d’espace vert public et d’urbanisation.

C. de V.

Recherche de solutions de mobilité avec des véhicules autonomes
Recherche de solutions de mobilité avec des véhicules autonomes

L’Alliance Renault-Nissan et Transdev ont décidé de travailler ensemble au développement de services de mobilité avec des flottes de véhicules électriques autonomes pour les transports publics et les transports à la demande. Les deux entreprises vont collaborer à la conception d’un système de transport complet et modulaire qui permettra aux clients de réserver leurs trajets, et aux opérateurs d’exploiter et de gérer une flotte de véhicules autonomes.

Filiale détenue par la Caisse des Dépôts et Consignation à hauteur de 70% et dans laquelle Véolia détient une participation de 30%, Transdev est l’un des leaders mondiaux de la mobilité. Transdev conseille et accompagne les collectivités territoriales, du pré-projet à l’exploitation quotidienne des réseaux de transports publics en passant par l’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Le groupe exploite 43.000 véhicules et 22 réseaux de tramway.

L’Alliance Renault-Nissan est un partenariat stratégique entre le Groupe Renault, en France, et les entreprises Nissan Motor et Mitsubishi Motors, basées au Japon. L’Alliance a noué des collaborations stratégiques avec d’autres fabricants, tels l’Allemand Daimler et le Chinois Dongfeng, et elle se positionne comme leader dans le domaine du véhicule zéro émission et développe des technologies de pointe en vue de proposer la conduite autonome ainsi que des services de connectivité sur une gamme de véhicules accessibles à tous.

La recherche menée par les deux entités portera, dans un premier temps, sur des essais de terrain à Paris-Saclay avec des Renault ZOE - véhicule électrique le plus vendu en Europe - et la plateforme de répartition à la demande, de supervision et de routage élaborée par Transdev.

L’Alliance Renault-Nissan a formé plusieurs partenariats afin d’accélérer le développement de technologies de connectivité et de services à la mobilité nouvelle génération. Un accord a ainsi été signé avec Microsoft en vue de concevoir une plateforme mondiale unique qui enrichira l’expérience du consommateur en rendant la conduite plus intuitive, plus intelligente et plus amusante; et un autre partenariat avec une entreprise internet japonaise, DeNA, verra le lancement de tests au Japon afin de développer des véhicules sans chauffeur destinés aux services commerciaux.

Transdev est un groupe pionnier dans les services de véhicules autonomes. Il s’est engagé dans une série de déploiements pilotes dans plusieurs pays et exploite actuellement le premier service commercial avec navettes autonomes au monde sur le campus d’EDF à Civaux, en France. Transdev accélère le développement de son système d’exploitation véhicule autonome avec des partenaires de premier plan dont Vedecom et SystemX.

C. de V.

TriFinance en croissance

Née en 2002 dans le nord du pays, TriFinance est une communauté de professionnels de la finance qui aiment prendre leur carrière en main. Le groupe TriFinance fait partie du groupe ParkLane Insight et a étendu ses activités aux Pays-Bas et en Allemagne. Il emploie 650 personnes, dont environ 450 en Belgique, et a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de € 59,8 millions en 2015.

En 2011, ce groupe a créé une antenne TriFinance Wallonie-Bruxelles, basée à Louvain-la-Neuve, qui, en cinq ans, a porté son effectif à une soixantaine de consultants et prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de € 7,8 millions en 2016.

TriFinance a construit sa réputation sur un modèle hybride alliant le conseil au support opérationnel dans des secteurs en très forte demande de talents, comme le conseil en matière financière et le contrôle de gestion. Elle peut ainsi répondre aux besoins d’accompagnement des moyennes et grandes entreprises en phase de transformation pour des objectifs déterminés, ainsi qu’en ressources externes. L’entreprise de conseil veut, entre autres, consolider sa présence dans les moyennes entreprises de plus de 50 personnes, en Wallonie comme à Bruxelles. Et TriFinance souhaite encore renforcer son expertise dans la gestion de projets en général ainsi que dans le domaine de la chaîne d’approvisionnement, un maillon stratégique pour les entreprises pharmaceutiques et la grande distribution notamment. Loin du pessimisme ambiant, TriFinance estime pouvoir doubler son effectif d’ici à 2020 sur son site de Louvain-la-Neuve.

C.F.

Info: www.trifinance.be

Les Schtroumpfs voyagent avec Brussels Airlines
Les Schtroumpfs voyagent avec Brussels Airlines

Plus d'un demi-siècle après que l'artiste de bande dessinée Peyo les a créés, les Schtroumpfs restent populaires dans le monde entier. Les aventures de plus de cent Schtroumpfs, qui vivent dans leur village et luttent contre le sorcier Gargamel, sont à l'origine de la création de plus de 40 bandes dessinées, plus de 400 épisodes de dessins animés et deux films en 3D.

S'ils font le bonheur de nombreux enfants depuis plus de cinquante ans, les petits personnages bleus se retrouvent maintenant aussi à bord de vols long-courriers de Brussels Airlines. Tous les enfants qui voyagent avec la compagnie aérienne belge vers les USA, le Canada ou l'Afrique reçoivent une lunch-box Schtroumpf contenant, en plus de l’encas, des livres de coloriage, des jeux de mémoire et des marionnettes. Le studio graphique IMPS, qui exploite les droits de l'œuvre de Peyo, a spécialement créé de nouveaux personnages pour les lunch-boxes de Brussels Airlines: Captain Smurf et Cabin Crew Schtroumpfette, ainsi que le Safari Schtroumpf qui voyage en Afrique.

D.T.

www.brusselsairlines.com

White Cinema
White Cinema

Situé au second niveau du nouveau centre commercial Docks Bruxsel (1 boulevard Lambermont à 1030 Bruxelles), le White Cinema est un complexe cinématographique se composant de deux parties distinctes reliées par une passerelle d’entrée symbolisant parfaitement, pour le spectateur, le passage de la réalité à celle du White Cinema, où il peut laisser libre cours à l’imaginaire et la féérie.

Espace entièrement blanc où la lumière naturelle se mélange aux atmosphères colorées des éclairages, White Cinema offre huit salles de projection - à taille humaine et à l’atmosphère plutôt intime avec de très confortables fauteuils – de même qu'une sélection éclectique de films de qualité, proposés en version originale sous-titrée. Sauf pour les petits, qui pourront suivre les aventures de leurs héros préférés doublés en français ou en néerlandais.

Côté son, les salles sont toutes équipées de Dolby Sound et une salle propose même l’expérience du Dolby Atmos, qui renforce l’impression d’un son à 360°.

Le White Cinema est une initiative de Belga Films, acteur incontournable du monde du cinéma dans le Benelux. Actif dans la distribution depuis 80 ans, Belga Films est aujourd’hui le leader indépendant de la distribution en salles et un des principaux acteurs de la distribution de films en vidéo, sur les plateformes digitales et en TV. L’équipement technique des huit salles a, lui, été confié au groupe Dcinex. Issu de la fusion de trois géants du cinéma numérique, cette entreprise est ce qui se fait actuellement de mieux en matière de services dans ce domaine.

C.F.

www.whitecinema.be

Un patrimoine industriel bruxellois préservé
Un patrimoine industriel bruxellois préservé

Inauguration le 19 octobre 2016, à Bruxelles, du premier Shopping District de Belgique : le Docks Bruxsel, qui se situe le long du Canal, sur un terrain délaissé depuis un quart de siècle. L'endroit sur lequel il s'élève est le plus ancien site industriel de Bruxelles. Docks Bruxsel intègre, dans sa conception, le passé industriel du site où il est implanté.

En 1858, l’un des pionniers de l’industrie du 19e siècle, Jean-Baptiste André Godin, y avait établi son usine de fabrication de poêles: les Poêleries Godin. C’est lui qui, grâce à un processus de traitement industriel de la fonte, a démocratisé l’usage de la cuisinière et le chauffage par poêle. Industriel philanthrope, il était aussi sensible à l’idée de la redistribution des richesses aux ouvriers et avait imaginé des infrastructures – appartements, bibliothèque, magasins, crèches – destinées au bien-être de ses ouvriers et de leur famille. A Bruxelles, comme à Guise (dans le Nord de la France) où Godin avait établi la première de ses usines, le « Familistère » constituait un élément central des infrastructures. L’édifice bruxellois disposait d’une cour couverte et abritait 72 logements destinés aux travailleurs de l’usine. Le Familistère jouxte toujours Docks Bruxsel et appartient maintenant au CPAS de la Ville de Bruxelles.

Elément majeur des usines Godin, la « Cathédrale » – surnommée ainsi par les ouvriers des Poêleries Godin, en raison de sa majestueuse charpente – a été rénovée et aujourd’hui, ce joyau du patrimoine industriel bruxellois voit son architecture originelle mise en valeur par la rénovation de ses structures portantes, d’éléments architecturaux atypiques et de sa charpente. Outre la rénovation de la Cathédrale et la préservation de son impressionnante charpente, de vieux rails et d’anciennes colonnes métalliques ont été récupérés et intégrés dans le projet de la construction. Le lieu compte aussi un espace entièrement dédié à la vie et l’œuvre de Godin : une superficie de 120 m², au 3e étage de la Cathédrale, retraçant la vie du capitaine d’industrie et présentant de nombreux modèles de cuisinières et de chaudières qui, il y a plus de 150 ans, ont révolutionné le quotidien des foyers bruxellois.

Docks Bruxsel : 1 boulevard Lambermont - 1000 Bruxelles.

D.T.

L'hippodrome de Boitsfort retrouve son aspect d'antan
L'hippodrome de Boitsfort retrouve son aspect d'antan

Implanté en bordure de la Forêt de Soignes, au carrefour de l’avenue Roosevelt et de la chaussée de la Hulpe, l’hippodrome de Boitsfort, site de 32,5 hectares, comprend l’ancienne piste de course de chevaux et 29 bâtiments au total. La Région de Bruxelles Capitale y poursuit trois grands objectifs : préserver le patrimoine naturel et historique; développer un espace vert récréatif permettant aux familles de s’en approprier l’usage; développer les fonctions récréatives, éducatives, culturelles du site ainsi que sa fonction de « porte d’entrée » de la Forêt de Soignes.

La Région de Bruxelles Capitale a concédé, en 2012, à la Société d’Aménagement Urbain (SAU) un droit d’emphytéose de 99 ans, avec pour mission d’une part, d’assurer la restauration patrimoniale des principaux bâtiments du site et, d’autre part, d’organiser son développement et son animation par le biais d’une mise en concession. La première phase du chantier de restauration vient d'être achevée et inaugurée le 14 septembre dernier.

Les origines de l’hippodrome de Boitsfort remontent à 1875 avec l’élaboration des plans du champ de courses par l’architecte paysagiste Edouard Keilig. Construites, en 1878, dans un style éclectique pittoresque, la grande et la petite tribunes présentent un intérêt tant architectural que technique et historique. Munie à l’origine d’escaliers et de coursives en bois, de façades en maçonnerie de briques et pierres, de corniches débordantes qui ont aujourd’hui disparu, la grande tribune a été transformée et agrandie à plusieurs reprises mais le volume et la fonction d’origine sont restés lisibles. La petite tribune a subi peu de transformations extérieures, ce qui en fait un témoin représentatif de la construction originelle de l’hippodrome. Quant au bâtiment de pesage, son élément primitif - construit en 1900 dans un style éclectique teinté d’Art Nouveau - a conservé ses qualités et son authenticité. En 1951, l’architecte Breydel y a ajouté une extension moderniste consistant en un petit volume en béton sur pilotis avec une baie vitrée sur toute la largeur, offrant une vue panoramique sur la piste. Il a également construit, dans un même style, la tour des arbitres (tour de démarrage).

Le bureau bruxellois « Origin Architecture & Engineering », spécialisé dans la restauration et la rénovation de monuments et de sites, vient de terminer la restauration de ces 4 bâtiments emblématiques de l’hippodrome.

Entamé il y a deux ans, cet ambitieux chantier, d’un montant total de € 6 millions, a été financé par la Société d’Aménagement Urbain (SAU) de la Région Bruxelles Capitale.

Pour l’exploitation du site, c'est « Droh!me Invest », filiale de VO Group, qui a obtenu la concession pour une période de 15 ans. Il est notamment chargé des aménagements intérieurs des bâtiments récemment inaugurés et du développement de l’espace vert récréatif sur base de critères stricts comme, par exemple, le respect et la mise en valeur du patrimoine naturel et architectural ainsi que la gratuité de l’accès à la majorité du site.

D.T.

Photo: Hippodrome de Boitsfort / © Georges De Kinder

Parker Hotel Brussels Airport

L’hôtel est bien connu à Diegem : il a été construit en 1973, est situé à cinq minutes de Brussels Airport et, ces dernières années, portait le nom « Golden Tulip Brussels Airport ». Mais l’accord de franchise arrivant à échéance, les propriétaires des lieux ont choisi de poursuivre l’exploitation de l’hôtel sous le nom : Parker Hotel Brussels Airport. Un nouveau nom porteur pour un hôtel de caractère.

Cet hôtel 4 étoiles comporte 125 chambres et suites confortables, 64 chambres Classic (25 m²), 56 chambres Deluxe (29 m²) et 5 Junior Suites avec terrasse (35-40 m²); un Health & Leisure Club avec piscine extérieure chauffée, jacuzzi, hammam, fitness (ouvert de 07h à 23h); 10 salles de réunion avec lumière de jour et une capacité totale de 400 personnes en style théâtre. A noter que le wifi est gratuit dans tout l'hôtel, qu'un service navette gratuit est disponible entre l'hôtel et l'aéroport et aussi que l'établissement propose un forfait « Park, Sleep & Fly » incluant le stationnement au parking fermé de l'hôtel pour un maximum de 14 jours et un service navette entre l’hôtel et l’aéroport.

D.T.

Parker Hotel Brussels Airport : Bessenveldstraat 15 - 1831 Diegem - tél +32 (0)2 713 66 66 - www.parkhotelbrusselsairport.com

betterfor.brussels : un incubateur d'idées pour Bruxelles

Filiale du groupe KBC, KBC Brussels est une banque locale résolument tournée vers Bruxelles et ses spécificités. Créée en 2015, elle travaille avec un comité de direction autonome et compte aujourd'hui 55 agences, dont 13 agences d'assurances et 400 collaborateurs partout dans la capitale.

KBC Brussels lance la plateforme www.betterfor.brussels et invite tous ceux qui vivent à Bruxelles, et ceux qui aiment Bruxelles, à partager leurs idées en matière de logement, de mobilité et d'entrepreneuriat dans la capitale. Tous ceux qui le souhaitent ont jusqu'au vendredi 9 septembre pour poster leur idée - intéressante et réalisable - sur la plateforme.

Après quoi, un jury de partenaires bruxellois présélectionnera les 12 meilleures idées et, dès le 15 septembre, celles-ci seront alors soumises au vote des citoyens : les finalistes sélectionnés pourront alors lancer un appel aux votes via leur réseau. La clôture des votes est fixée au 30 septembre.

L'idée la plus appréciée sera concrétisée grâce au support de KBC Brussels et de ses partenaires. Un support financier d'abord, puisque la banque investira jusqu'à 30.000 € pour la réalisation du projet. De plus, KBC Brussels activera son réseau de partenaires et de stakeholders afin de faciliter l'accomplissement de cette idée.

Le règlement complet est disponible sur la plateforme www.betterfor.brussels.

C.F.

Nouvel espace bruxellois pour le Street Art

Le M.U.R est un panneau publicitaire transformé en espace d’exposition à ciel ouvert pour l’art urbain. A la place des affiches, ce sont des œuvres qui s’y superposent tout au long de l’année. Un espace de ce type a été inauguré à Bruxelles, à l’entrée de l’ancien GB 58.

Concept né à Paris, en 2007, à l’initiative de l’association française du même nom, le M.U.R emprunte à l’affichage publicitaire son support et son fonctionnement. Les artistes sont invités à créer une œuvre éphémère en atelier et à venir la placer sur le M.U.R. Les modes d’interventions sont libres : acryliques, encres, aérosols, collages ou performances en direct.

Chaque mois, ce M.U.R bruxellois sera orné d’une nouvelle œuvre d’art. Pour cette première année, ce sont exclusivement des artistes belges, ou résidant en Belgique, qui sont présentés. La mémoire de ces œuvres sera, par ailleurs, conservée sur le site www.lemurbrussels.com.

Le premier artiste à y laisser sa trace est Mataone, un artiste engagé dans le mouvement graffiti depuis 1996. Reconnu pour son travail alliant différents styles et techniques, il passe du graffiti traditionnel en 3D à des personnages surréalistes réalisés à l’aérosol. Il nous emmène dans un monde fantastique rempli de nuances anarchiques, faisant la part belle à l’humour noir et à une certaine ironie.

Nouveau Lounge Thalys à Bruxelles

Thalys a inauguré, en mars 2016, son tout nouveau Lounge à la gare de Bruxelles-Midi: un espace design de 230 m² proposant une multitude de services spécialement dédié aux voyageurs affaires. Cet espace, très prisé par les clients « fréquents », est accessible à tous les porteurs de la carte Thalys TheCard et aux bénéficiaires d’un tarif B2B; de même qu'aux clients Railteam et Business AirFrance.

Situé Place Horta, en face de la Gare du Midi et des quais Thalys, ce Lounge permet de se relaxer dans un espace moderne aux couleurs chaudes et matières douces, et de profiter confortablement d’une pléiade de services: salle de réunion pour 6 personnes (sur réservation), petite restauration, wifi, prises électriques/USB/chargeurs à induction, écrans d’information, presse, service d’aide à l’échange des billets, ou encore la vente de tickets de transport en commun pour les principales destinations Thalys.

Cet espace, très prisé par les clients « fréquents » est accessible à tous les porteurs de la carte Thalys TheCard et aux bénéficiaires d’un tarif B2B; de même qu'aux clients Railteam et Business AirFrance.

C.F.

Photo : lounge Thalys à Bruxelles-Midi / © David Plas

Immotheker Finotheker

Après vingt années d'activité, Immotheker change de nom pour devenir Immotheker Finotheker et opte pour un nouveau positionnement.

Depuis sa création en 1995, Immotheker donne des conseils indépendants aux particuliers en matière de planification et de financement immobiliers. Mais la situation financière du Belge est aujourd'hui fragmentée entre l’immobilier, l’épargne(-pension), les placements et les autres questions d’argent, raison pour laquelle elle nécessite une approche intégrée. Immotheker Finotheker veut offrir, à ses clients, une approche globale qui couvre le conseil financier pour le crédit habitation, l’épargne, les placements et la planification financière à long terme. Et se positionne comme un conseiller financier indépendant spécialisé dans le financement et l’acquisition d’une habitation et la planification financière à long terme.

Immotheker Finotheker compte 50 bureaux et 105 collaborateurs. Ses services vont de la planification et du financement d’habitation, à la planification financière et la planification de patrimoine.

G.W.

www.immothekerfinotheker.be.

Fusion de ar-te et B.A.E.V

L'un des plus importants bureaux d'architecture bruxellois en matière de santé, B.A.E.V (Bureau Architecture Engineering Verhaegen), fusionne avec son homologue flamand ar-te, situé à Wijgmaal près de Leuven, pour former un groupe intégré à l'échelle nationale; une fusion qui rassemble une centaine d’architectes autour d’un projet commun. Les deux entités conservent leur ancrage géographique au plus près de leur clientèle tout en élargissant leur offre de services à l’échelle nationale. Le nouveau groupe sera officialisé mi-2016.

Actifs dans les mêmes secteurs d’activités, ces deux bureaux d'architecture partagent des valeurs identiques et nourrissent des ambitions communes. La notion de « prendre soin » (care) est centrale dans la démarche architecturale du nouveau groupe. L’ambition est de proposer une architecture de qualité dans laquelle il fait bon vivre.

ar-te et B.A.E.V associent leurs compétences dans trois segments d’activités principaux. A savoir, les hôpitaux qui bénéficient, dès à présent, de l’expertise du nouveau groupe. Le deuxième segment couvre les soins aux personnes âgées, l’enseignement et le logement. Et le troisième est lié à l’activité économique et comprend les complexes industriels, les bureaux et les laboratoires de recherche.

Le nouveau groupe propose un service complet, de la programmation aux conseils juridiques et financiers, en passant par le développement de concepts novateurs et le suivi rigoureux de la construction. Dans chaque segment d’activité, la fusion permettra d’investir davantage dans la recherche et le développement, en particulier dans la construction durable et le Building Information Modeling. Le nouveau groupe est dirigé par un comité de direction composé de huit personnes dont Dirk D'Herde, CEO d'ar-te et Jean Paul Muyle, CEO de B.A.E.V.

C. de V.

https://ar-te.be / www.baev.be.

photo: Sainte Elisabeth – Namur – © B.A.E.V / © photo: F. Mainil

La Maison des Sciences Humaines de l'ULB

Inaugurée en mars 2016, la Maison des Sciences Humaines de l’Université Libre de Bruxelles (MSH-ULB) réunit plus d’une centaine d’enseignants et de chercheurs de l’Université Libre de Bruxelles autour d’un même objet d’étude : les hommes et la société. Il s'agit d'une structure d’accueil et de soutien de la recherche en sciences humaines et sociales : philosophie, sociologie, anthropologie, économie, architecture, psychologie, droit, histoire, sciences politiques, langues et lettres… Elle a pour vocation de mettre en valeur la richesse et la place essentielle de ces domaines de recherche dans la compréhension du monde, présent ou passé.

La MSH-ULB s’inscrit dans une dynamique générale de l’Université et plus globalement du monde de la recherche en Europe. La MSH est, en effet, une structure inter-facultaire réunissant des disciplines autour d’objets de recherche afin de comprendre ces objets dans leur globalité et dans leur complexité. L'entité accueille trois équipes intégrées : LIEU (Laboratoire interdisciplinaire en études urbaines), OMAM (Observatoire des mondes arabes et musulmans) et STRIGES (Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité), ainsi que cinq équipes affiliées : le CHDAJ (Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique), le CTP (Centre de théorie politique), le CIERL (Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité), le CReA-Patrimoine (Centre de recherches en archéologie et patrimoine) et le CDP (Centre de droit public).

La MSH-ULB se veut également en résonance avec les questions et les débats qui animent la société civile. Essentiellement tournée vers la recherche fondamentale, elle reste toutefois attentive aux problèmes concrets et à l’actualité. Elle souhaite donc contribuer à la réflexion des mondes politique, socio-économique ou culturel en fournissant des conseils ou des avis appuyés sur ses travaux de recherche.

La MSH-ULB veut également devenir un pôle de référence international et contribuer au rayonnement de l’ULB. Outre les projets de recherche menés par les équipes, en association avec d’autres universités en Europe et dans le monde, la MSH-ULB accueillera chaque année plusieurs dizaines de professeurs invités ainsi que des post-doctorants et des chercheurs en mobilité internationale.

La MSH-ULB ambitionne aussi de renforcer l’identité des sciences humaines et sociales et de générer, par l’association des disciplines en un même lieu, de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques de recherche.

C.F.

La société ECAR Belgian Green Vehicle
La société ECAR Belgian Green Vehicle

L’ECAR 333, concept de véhicule électrique belge, dont le prototype a été présenté lors du Salon de l’Auto de Bruxelles en janvier 2015, est un véhicule électrique à trois roues, à la carrosserie en lin, conçu et réalisé en Belgique sur le principe du retour à la simplicité, intégrant les nouvelles technologies et l’utilisation de l’électricité comme unique carburant.

Six mois après sa présentation, le concepteur du projet - Xavier Van der Stappen - annonce la création d’une société chargée de construire, d’assembler et de vendre le véhicule : la société « ECAR Belgian Green Vehicle ». Elle rassemble quatre investisseurs-fondateurs belges, tous impliqués dans les énergies renouvelables et/ou le secteur de la mobilité.

Il s’agit de Thierry Deflandre, directeur du circuit de Zolder, précurseur de la promotion de l’électromobilité en Belgique et ancien importateur automobile, qui assurera la co-gérance de la société. Laurent Minguet, entrepreneur liégeois et fondateur d’EVS, qui est à la tête du Groupe Horizon, une société immobilière de logements à très basse consommation, équipés des bornes de recharge électrique. Le fonds ADOXA, créé par Willy Sonck, investit dans des projets durables dans les domaines techniques, de l’habitat et de la culture. Et Patrick Naeyaerts, à la tête d’une société spécialisée dans le photovoltaïque et importateur de véhicules électriques, notamment de motos, scooters et batteries.

Les « Ateliers Jean Delcourt », une entreprise de travail adapté qui promeut l’insertion des travailleurs moins valides ou défavorisés, participeront à l’élaboration du concept et notamment la réalisation des carrosseries en lin. La société IOL Strategic Design, quant à elle, assurera le développement du design et des diverses versions, qui ont toutes un même châssis.

Le projet bénéficie d’un financement de la Région Wallonne sous forme d’une avance remboursable, équivalant à 70% du budget de la première année. Une seconde levée de fonds sera faite en janvier 2016 afin d’assurer la production du modèle en série. Les initiateurs d’ECAR recherchent déjà des investisseurs pour la seconde phase. Le but de la société est de produire 500 véhicules par an à l’horizon 2020.

C.F.

Bob Balloon
Bob Balloon

Des études ont révélé que les ballons en latex, ou en caoutchouc, contiennent des nitrosamines. Le fait d’avaler ces substances nocives augmente le risque de cancer à long terme. Aussi est-il conseillé d’éviter tout contact entre la bouche et le ballon lors du gonflage de ce dernier.

Les développeurs des produits Goliath Games ont anticipé ce problème en proposant « Bob Balloon » : un embout, ayant la forme d’une figurine sympathique, confectionné en matière plastique solide et sûre, qui en cas d’usage normal ne libère aucun produit nocif. C’est dans la conception technique de Bob Balloon que se trouve la sécurité complémentaire . En effet, au milieu de l’embout est située une petite soupape (un clapet non-retour) qui veille à ce que l’air puisse seulement être soufflé dans le ballon sans jamais pouvoir revenir dans la bouche de l’enfant. De plus, il permet d’arrêter de souffler et d’éloigner l’embout de la bouche, sans que l’air ne s’échappe du ballon. Il est en outre tout à fait possible de gonfler les ballons sans le moindre problème en utilisant la petite pompe Bob Balloon. Cet embout est disponible en rouge, bleu, vert et orange.

Le 9e Art rend hommage à John Martin

Installée en Belgique depuis 1909, la société John Martin – basée à Genval et spécialisée dans le brassage et la distribution de bière - est connue pour sa large gamme de bières spéciales (200.000 hectolitres). Dirigée, depuis 2004, par Anthony Martin, John Martin SA a doublé son chiffre d’affaires depuis la création de la «Finest Beer Selection», lancée dans les années nonante. La brasserie doit également sa renommée à la sélection de bières qu’elle produit, à savoir un total de quelque 65 références différentes: Gordon Finest Beers, Martin’s Pale Ale, Bourgogne des Flandres, Timmermans, McDouglas, Waterloo,... Une histoire qui tient à la fois du roman et de la success-story, interprétée sous forme d'une d'intrigue, en bande dessinée, intitulée « Message on a Bottle ». Cette BD est l'œuvre de Thomas Du Caju pour les illustrations et d'Erik Verdonck pour le texte. Au travers d'une enquête conduite entre Dublin et Anvers, le lecteur est invité à une immersion dans les péripéties du début de l'entreprise de Genval. De quoi mieux appréhender cet extraordinaire parcours...

L.B.

Météorite de l'Antarctique à Bruxelles

Une équipe composée de cinq scientifiques belges (Université Libre de Bruxelles et Vrije Universiteit Brussel) et de trois chercheurs japonais (Institut National de Recherche Polaire et Université de Tokyo) découvrait, en 2012, 425 météorites en Antarctique. Une de celles-ci pèse 18 kg et est la plus grande météorite récoltée ce dernier quart de siècle en Antarctique. Probablement originaire de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, il s’agit d’une chondrite ordinaire, un type courant de météorites retrouvées sur Terre.

Après sa découverte, cette météorite a été présentée durant quelques jours au Muséum des Sciences Naturelles à Bruxelles et a ensuite voyagé au Japon au profit de la recherche. Elle est maintenant à nouveau à Bruxelles et exposée, de façon permanente, dans la salle « 250 ans de Sciences naturelles » du Muséum, entre les joyaux contemporains et historiques, en face de la maquette de la Belgica.

M.VD.

www.sciencesnaturelles.be

Photo : © Vinciane Debaille