Divers

Cliquez sur la photo pour l'agrandir

Clinique du Poids Junior
Clinique du Poids Junior

L’obésité constitue l’un des grands défis pour la santé publique au 21e siècle pour l’Organisation Mondiale de la Santé. Plus de 17% des jeunes, entre 10 et 20 ans, sont en surcharge pondérale en Communauté française de Belgique et 6% le sont déjà au niveau obésité. Une situation alarmante qui, si elle n’est pas prise en charge à un jeune âge, peut entraîner des pathologies importantes. Les enfants en surpoids et obèses restent dans 80% des cas obèses une fois adultes. Ils sont plus prédisposés à développer des pathologies connexes comme le diabète, les maladies cardiovasculaires, les troubles musculo-squelettiques, certains types de cancer ou des troubles psychologiques à un jeune âge. Une prise en charge pluridisciplinaire et précoce de l’obésité permet de réduire ces risques.

L’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (HUDERF) a créé une « Clinique du Poids Junior » pour la prise en charge pluridisciplinaire, spécifique et précoce de l’obésité infantile en proposant un suivi psychologique, diététique et sportif – dans le cadre de sessions individuelles ou de groupe – en fonction des besoins et du degré de surpoids de chaque enfant. L’objectif fixé n’est pas une perte de poids rapide, mais une rééducation de toute la famille entraînant des résultats significatifs à long terme.

Pour rappel, l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola est membre du réseau des hôpitaux publics bruxellois IRIS, du CHU de Bruxelles, du Pôle Hospitalier Universitaire de Bruxelles et le principal site d'activités pédiatriques de l'Université Libre de Bruxelles. Inauguré en 1986, l'HUDERF est l'unique hôpital universitaire belge entièrement réservé à la médecine des enfants.

C. de V.

HUDERF : 15 avenue Jean Joseph Crocq – 1020 Bruxelles – tél. 02 477 33 11 – www.huderf.be

The Body Shop passe dans le giron de Natura
The Body Shop passe dans le giron de Natura

L’alliance de Natura, The Body Shop et Aesop donne naissance à un groupe de cosmétiques multi-canal, multi-marque, international et ambitieux.

Natura Cosméticos SA, leader brésilien de l’industrie des cosmétiques et des soins, a finalisé l’acquisition de la société The Body Shop auprès du groupe L’Oréal. Cette acquisition permet à l’entreprise Natura de franchir une étape significative dans le déploiement d’un groupe de cosmétiques international en rassemblant trois marques puissantes : Natura, The Body Shop et Aesop, qui partagent des valeurs et des objectifs communs tels le commerce équitable, le développement durable et la volonté d’avoir un impact positif sur le plan social. Ce rachat favorisera le développement et la présence internationale de Natura en lui donnant accès à plusieurs marchés stratégiques et en enrichissant son portefeuille de nouveaux produits.

Fondée en 1969, Natura est une multinationale brésilienne qui fut la première société au monde cotée en bourse à recevoir une certification « B Corp » en décembre 2014; ce qui souligne ses performances transparentes et durables en matière d’engagements sociaux, environnementaux et économiques.

La marque de beauté australienne Aesop a, elle, été fondée en 1987 avec pour objectif de créer une gamme de produits d’excellence pour la peau, les cheveux et le corps. Et The Body Shop, créée en 1976 à Brighton en Angleterre, est une marque de beauté mondiale. The Body Shop cherche à faire une différence positive en offrant des soins de la peau, soins capillaires et maquillage inspirés par la nature et produits de manière éthique et responsable.

L.B.

Photo: Collection Strawberry de The Body Shop

Nouvelle application pour découvrir Tour & Taxis
Nouvelle application pour découvrir Tour & Taxis

Tour & Taxis, à Bruxelles, lance une toute nouvelle application disponible gratuitement. Les informations disponibles sur cette application permettent de se balader, à son propre rythme, dans les bâtiments emblématiques du site de Tour & Taxis. Disponible en trois langues, cette application offre principalement des informations sur l’histoire du site et quelques éléments d’actualité. Une vingtaine d éléments y sont repris comme, entre autres, le contexte géographique du port de Bruxelles et ses canaux, l'architecture et les caves de l'Entrepôt Royal, le pont monumental et la halle aux poissons, la station de marchandises, l'hôtel de la douane et également le site aujourd'hui et son développement dans le futur.

Parcourir tout le circuit avec l’application prend environ une heure mais bien évidemment, tout le monde est libre de décider du temps de sa visite... L’application Tour & Taxis est disponible sur l’App Store ou sur Google Play et elle existe en français, en anglais et en néerlandais.

Pour télécharger l'application :

C.F.

Aidants proches : problème ou atout pour les entreprises ?

Selon l’association européenne Eurocarers, un aidant proche est « une personne qui prodigue des soins non rémunérés à une personne ayant une maladie chronique, un handicap ou un autre besoin de santé, et ce, en dehors d’un contexte formel ou professionnel ». Selon les résultats d’une enquête Eurofound sur la qualité de vie, 14% des aidants proches n’ayant pas d’activité professionnelle sont en dépression, soit deux fois plus que les aidants proches actifs. Rien que cette donnée démontre que le maintien dans l’emploi des aidants proches est un défi réel.

Les aidants proches couraient en moyenne trois fois plus de risques de souffrir de burn-out ou de dépression que l’ensemble des salariés. Collevio s’est donnée pour mission de répondre aux besoins des aidants proches et de transformer les entreprises en structures « aidants proches admis ». Pour le bénéfice des deux parties.

Les estimations montrent que 40% à 60% des salariés sont ou deviendront un jour des aidants proches au cours de leur carrière professionnelle. Et pourtant, force est de constater que leurs besoins ne sont que très peu rencontrés dans les milieux professionnels belges. Car si les aidants proches se soucient du bien-être d’une personne qui leur est chère, qui se soucie d'eux ? Près d'un aidant proche sur deux déclare un manque de compatibilité entre ses engagements professionnels et son rôle d'aidant. Et malgré cela, 86% ne l'exprimeront pas auprès du département RH. Les aidants proches actifs ont des besoins spécifiques et il est vital, sur le plan de la cohésion sociale mais aussi économique, d’y répondre. D’autant que, par leur activité d’aide, les aidants proches ont développé des compétences et des qualités spécifiques qui sont des atouts pour l’entreprise : empathie, sens accru de l’organisation, résistance au stress.

Née en février 2017 au sein de l’incubateur bruxellois CAREvolution, mis en place par le groupe Partena Promeris, Collevio a développé un ensemble de services spécifiquement pensés pour les aidants proches actifs professionnellement et les employeurs soucieux du bien-être de leurs salariés-aidants proches.

Unique sur le marché, la plateforme « Actevio » de Collevio regroupe une offre de services pour aidants proches comprenant le service :

Infoline (entre 16h et 20h), un call center dédié pour partager des premières pistes concrètes, aiguiller vers les services d’aide existants et détecter les situations de détresse sous-jacentes;

Easyline, une conciergerie accompagnant l’aidant proche dans une série de tâches liées à sa mission d'aidant telles que démarches administratives, organisation d'un transport ou d'un voyage, commande de matériel médical, organisation de services à domicile...

Coaching Line (entre 8h et 21h), permettant de parler à des psychologues formés sur la base d’une méthodologie développée pour Collevio par HoGent;

Home Services, une liste de prestataires pour les petits travaux (électricité, plomberie, peinture, carrelage, chauffage…);

Online Services (24h/24), une librairie multimédia et un webshop notamment.

Ces services aux aidants proches sont financés par un abonnement annuel qui est payé par l’entreprise qui les emploient et calculé au prorata de son effectif global – ce qui équivaut à mutualiser le « risque ». Plusieurs entreprises ont d’ores et déjà entamé une démarche de ce type, notamment Manpower, Partenamut et Lunch Garden.

C.F.

Info : www.actevio.be

Location de véhicules entre particuliers
Location de véhicules entre particuliers

Créée en 2010 en France, Drivy est une plateforme de location de véhicules entre particuliers en Europe. Le service Drivy est disponible en Belgique depuis fin juin 2016, avec au départ 250 véhicules disponibles, Aujourd’hui, Drivy compte, en Belgique, plus de 14.000 utilisateurs et son offre de véhicules a été multipliée par 5, avec 1.300 voitures proposées à la location. Cette croissance rapide montre l’intérêt des Belges pour l’économie du partage et en particulier celui des véhicules. C’est dans trois grandes villes - Bruxelles, Anvers et Gand - que la plateforme rencontre le plus de succès.

Le service Drivy est disponible dans 5 pays (Belgique, France, Allemagne, Espagne et Autriche) et totalise plus de 45.000 véhicules et 1,5 million de membres. La Belgique bénéficie de la popularité de Drivy en Europe, avec 15% de ses locations réalisées par des visiteurs ou des touristes étrangers. Les véhicules les plus loués en Belgique sont : la citadine à 33 €/jour, la voiture familiale à 41 €/jour et l’utilitaire à 50 €/jour (prix moyen).

Début 2017, Drivy a noué un partenariat avec D’Ieteren Auto, le leader de la distribution de voitures en Belgique. Les concessions qui mettent en location leurs véhicules sur la plateforme Drivy peuvent ainsi optimiser et rentabiliser leurs flottes. Et Drivy a également lancé une offre dédiée aux professionnels.

G.W.

https://fr.drivy.be/

Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise
Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise

Ouvert depuis avril 2017, le Yadoya – signifiant auberge en japonais – est un hôtel de 73 chambres, situé dans un quartier bruxellois en plein mouvement, en face du Kaai Theater et du futur Musée d’art contemporain Pompidou.

Fasciné par le Japon depuis des décennies, l’architecte d’intérieur Michel Penneman a donné libre cours à son inspiration pour décliner, dans l’hôtel, les codes essentiels du design japonais. Lumière chaude et tamisée, claustras en bois, mobilier, estampes de couleur, musique douce, … avec ça et là quelques objets étonnants et détonants dans cet univers sobre et raffiné.

Dans cette démarche artistique, il a travaillé en tandem avec Jun Gobron, designer japonais qui a créé des meubles pour l’hôtel, à l’instar de la chaise Yado.

Le Yadoya, un nouvel hôtel d’inspiration japonaise

La tradition et la modernité sont présentes dans chaque détail de l’hôtel, que ce soit pour les tables de nuit dans lesquelles une pièce de 5 yens – une tradition porte-bonheur au Japon – a été incrustée; au travers des tissus double face, créés au Japon, mixant l’univers manga et celui des temples japonais ou encore pour les lanternes disséminées dans le lobby et le jardin, réalisées par des artisans du sud du Japon.

Le Yadoya est un projet du groupe Everland, groupe international développant des projets immobiliers urbains au travers de concepts forts et innovants et gérant plus d’une dizaine d’hôtels.

S.B.

Yadoya : 32-33 boulevard d’Anvers - 1000 Bruxelles – tél. + 32 (0)2 209 31 10 - www.yadoyahotel.be

Financement européen pour les nouveaux trains de la SNCB
Financement européen pour les nouveaux trains de la SNCB

La Banque Européenne d’Investissement (BEI) accorde un prêt de 600 millions d’euros à la Société Nationale des Chemins de fer Belges (SNCB) pour investir dans la modernisation de son matériel roulant. Pour la BEI, cette opération vise à soutenir et favoriser le rail comme moyen de transport par rapport à la route et s’inscrit dans son objectif prioritaire de lutte contre le changement climatique auquel contribue le développement du transport durable.

Les nouveaux trains seront en circulation, sur l’ensemble du territoire, entre 2018 et 2021. La mise sur rail de ces nouveaux trains - concentrés de technologies de transport modernes, offrant davantage de places, de confort, de sécurité et une augmentation de la fréquence - contribuera à augmenter l’utilisation du ferroviaire en Belgique, comme dans les pays voisins.

Un contrat de prêt de 400 millions d'euros a été signé, au printemps 2017, et il fait suite à une première tranche de 200 millions d'euros attribuée en décembre 2016. Le financement de la BEI contribuera au règlement de la commande passée par la SNCB à Bombardier-Alstom pour 445 voitures à double étage M7, ce qui permettra la mise hors service du vieux matériel et l’accroissement de l’offre SNCB pour les usagers. Il s’agit d’un prêt à long terme (25 ans), à des conditions favorables telles que peut les proposer la BEI, en tant que Banque de l’Union Européenne, pour des projets solides soutenant les priorités européennes.

Au total, la SNCB a besoin d’environ 190.000 places supplémentaires d’ici 2030, dont 105.000 d’ici 2023, principalement pour rajeunir son parc de matériel et remplacer du vieux matériel qui est incompatible avec l’European Train Control System (ETCS) - système de contrôle automatique des trains -, et aussi accroître le nombre de places assises. Le nouveau matériel à double étage M7 apportera à ce niveau une contribution cruciale. Le choix des trains double étage a été principalement déterminé par la capacité limitée de la jonction Nord-Midi.

La commande de 445 voitures comprend un mélange de différents types de matériel (voitures motorisées avec poste de conduite, automotrices et voitures classiques) qui représentent ensemble environ 90 trains à double étage.

Les voitures M7 seront compatibles avec les voitures double étage M6 existantes, ce qui simplifiera les accouplements. Un autre avantage est que, vu la fourniture de motrices de traction, le matériel M7 peut rouler tant dans une configuration automotrice que dans une configuration classique avec une locomotive et des voitures. Ceci permet d’augmenter la flexibilité d’exploitation du matériel. De plus, les voitures seront équipées de tous les dispositifs pour l’installation des systèmes de communication et d’information modernes.

C.F.

Photo: Train en gare de Liège-Guillemins / © SNCB

Convention entre citydev.brussels et Bruxelles Environnement

Bruxelles Environnement et citydev.brussels ont établi une convention-cadre pour répondre conjointement aux défis de la Région de Bruxelles Capitale. Par cet acte, les deux institutions affirment leur volonté d’amplifier les synergies entre les politiques de développement urbanistique et de développement des espaces verts.

citydev.brussels accomplit des missions de développement économique et de rénovation urbaine. L’institution développe des opérations qui restructurent les espaces urbains fragilisés en y réalisant des logements, des équipements collectifs, des espaces publics et des commerces nécessaires à la vie d’un quartier.

En tant qu’administration contribuant à l’amélioration de la qualité de vie et de l’environnement, Bruxelles Environnement, spécialisée dans le développement d’espaces verts et naturels à Bruxelles, constitue un partenaire tout naturel.

citydev.brussels et Bruxelles Environnement ont signé une convention-cadre afin de faciliter les échanges, de faire émerger des projets communs et de multiplier le partage de connaissances entre elles.

Un premier projet concret de collaboration entre les deux entités a déjà vu le jour à Anderlecht. En effet, citydev.brussels a récemment acquis l’ancien site de Leonidas en vue d’y développer l’îlot CityGate III, un projet exemplaire en termes de mixité des fonctions et d’intégration urbaine. L’opportunité de réaliser également un espace vert de 2.500 m² s’est rapidement imposée comme une évidence pour les services de citydev.brussels, qui en ont fait part à Bruxelles Environnement. Et les deux institutions ont établi une convention pour le développement d’un parc public qui contribuera au maillage vert de la zone Biestebroek. Dans ce cadre, Bruxelles Environnement et citydev.brussels contribueront ensemble financièrement à l’acquisition du site Leonidas. De son côté, citydev.brussels aura la maîtrise d’ouvrage pour la partie urbanisée et cèdera à Bruxelles Environnement la pleine propriété des surfaces dédiées à l’espace vert. De cette manière, le coût de l’aménagement du parc public ne sera pas entièrement répercuté sur les futurs acquéreurs de logement. Pour mener à bien cette opération, les deux partenaires se coordonneront pour garantir une parfaite cohérence et complémentarité des projets d’espace vert public et d’urbanisation.

C. de V.

Recherche de solutions de mobilité avec des véhicules autonomes
Recherche de solutions de mobilité avec des véhicules autonomes

L’Alliance Renault-Nissan et Transdev ont décidé de travailler ensemble au développement de services de mobilité avec des flottes de véhicules électriques autonomes pour les transports publics et les transports à la demande. Les deux entreprises vont collaborer à la conception d’un système de transport complet et modulaire qui permettra aux clients de réserver leurs trajets, et aux opérateurs d’exploiter et de gérer une flotte de véhicules autonomes.

Filiale détenue par la Caisse des Dépôts et Consignation à hauteur de 70% et dans laquelle Véolia détient une participation de 30%, Transdev est l’un des leaders mondiaux de la mobilité. Transdev conseille et accompagne les collectivités territoriales, du pré-projet à l’exploitation quotidienne des réseaux de transports publics en passant par l’assistance à la maîtrise d’ouvrage. Le groupe exploite 43.000 véhicules et 22 réseaux de tramway.

L’Alliance Renault-Nissan est un partenariat stratégique entre le Groupe Renault, en France, et les entreprises Nissan Motor et Mitsubishi Motors, basées au Japon. L’Alliance a noué des collaborations stratégiques avec d’autres fabricants, tels l’Allemand Daimler et le Chinois Dongfeng, et elle se positionne comme leader dans le domaine du véhicule zéro émission et développe des technologies de pointe en vue de proposer la conduite autonome ainsi que des services de connectivité sur une gamme de véhicules accessibles à tous.

La recherche menée par les deux entités portera, dans un premier temps, sur des essais de terrain à Paris-Saclay avec des Renault ZOE - véhicule électrique le plus vendu en Europe - et la plateforme de répartition à la demande, de supervision et de routage élaborée par Transdev.

L’Alliance Renault-Nissan a formé plusieurs partenariats afin d’accélérer le développement de technologies de connectivité et de services à la mobilité nouvelle génération. Un accord a ainsi été signé avec Microsoft en vue de concevoir une plateforme mondiale unique qui enrichira l’expérience du consommateur en rendant la conduite plus intuitive, plus intelligente et plus amusante; et un autre partenariat avec une entreprise internet japonaise, DeNA, verra le lancement de tests au Japon afin de développer des véhicules sans chauffeur destinés aux services commerciaux.

Transdev est un groupe pionnier dans les services de véhicules autonomes. Il s’est engagé dans une série de déploiements pilotes dans plusieurs pays et exploite actuellement le premier service commercial avec navettes autonomes au monde sur le campus d’EDF à Civaux, en France. Transdev accélère le développement de son système d’exploitation véhicule autonome avec des partenaires de premier plan dont Vedecom et SystemX.

C. de V.

La Maison des Sciences Humaines de l'ULB

Inaugurée en mars 2016, la Maison des Sciences Humaines de l’Université Libre de Bruxelles (MSH-ULB) réunit plus d’une centaine d’enseignants et de chercheurs de l’Université Libre de Bruxelles autour d’un même objet d’étude : les hommes et la société. Il s'agit d'une structure d’accueil et de soutien de la recherche en sciences humaines et sociales : philosophie, sociologie, anthropologie, économie, architecture, psychologie, droit, histoire, sciences politiques, langues et lettres… Elle a pour vocation de mettre en valeur la richesse et la place essentielle de ces domaines de recherche dans la compréhension du monde, présent ou passé.

La MSH-ULB s’inscrit dans une dynamique générale de l’Université et plus globalement du monde de la recherche en Europe. La MSH est, en effet, une structure inter-facultaire réunissant des disciplines autour d’objets de recherche afin de comprendre ces objets dans leur globalité et dans leur complexité. L'entité accueille trois équipes intégrées : LIEU (Laboratoire interdisciplinaire en études urbaines), OMAM (Observatoire des mondes arabes et musulmans) et STRIGES (Structure de recherche interdisciplinaire sur le genre, l’égalité et la sexualité), ainsi que cinq équipes affiliées : le CHDAJ (Centre d’histoire du droit et d’anthropologie juridique), le CTP (Centre de théorie politique), le CIERL (Centre interdisciplinaire d’étude des religions et de la laïcité), le CReA-Patrimoine (Centre de recherches en archéologie et patrimoine) et le CDP (Centre de droit public).

La MSH-ULB se veut également en résonance avec les questions et les débats qui animent la société civile. Essentiellement tournée vers la recherche fondamentale, elle reste toutefois attentive aux problèmes concrets et à l’actualité. Elle souhaite donc contribuer à la réflexion des mondes politique, socio-économique ou culturel en fournissant des conseils ou des avis appuyés sur ses travaux de recherche.

La MSH-ULB veut également devenir un pôle de référence international et contribuer au rayonnement de l’ULB. Outre les projets de recherche menés par les équipes, en association avec d’autres universités en Europe et dans le monde, la MSH-ULB accueillera chaque année plusieurs dizaines de professeurs invités ainsi que des post-doctorants et des chercheurs en mobilité internationale.

La MSH-ULB ambitionne aussi de renforcer l’identité des sciences humaines et sociales et de générer, par l’association des disciplines en un même lieu, de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques de recherche.

C.F.

Le 9e Art rend hommage à John Martin

Installée en Belgique depuis 1909, la société John Martin – basée à Genval et spécialisée dans le brassage et la distribution de bière - est connue pour sa large gamme de bières spéciales (200.000 hectolitres). Dirigée, depuis 2004, par Anthony Martin, John Martin SA a doublé son chiffre d’affaires depuis la création de la «Finest Beer Selection», lancée dans les années nonante. La brasserie doit également sa renommée à la sélection de bières qu’elle produit, à savoir un total de quelque 65 références différentes: Gordon Finest Beers, Martin’s Pale Ale, Bourgogne des Flandres, Timmermans, McDouglas, Waterloo,... Une histoire qui tient à la fois du roman et de la success-story, interprétée sous forme d'une d'intrigue, en bande dessinée, intitulée « Message on a Bottle ». Cette BD est l'œuvre de Thomas Du Caju pour les illustrations et d'Erik Verdonck pour le texte. Au travers d'une enquête conduite entre Dublin et Anvers, le lecteur est invité à une immersion dans les péripéties du début de l'entreprise de Genval. De quoi mieux appréhender cet extraordinaire parcours...

L.B.

Météorite de l'Antarctique à Bruxelles

Une équipe composée de cinq scientifiques belges (Université Libre de Bruxelles et Vrije Universiteit Brussel) et de trois chercheurs japonais (Institut National de Recherche Polaire et Université de Tokyo) découvrait, en 2012, 425 météorites en Antarctique. Une de celles-ci pèse 18 kg et est la plus grande météorite récoltée ce dernier quart de siècle en Antarctique. Probablement originaire de la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter, il s’agit d’une chondrite ordinaire, un type courant de météorites retrouvées sur Terre.

Après sa découverte, cette météorite a été présentée durant quelques jours au Muséum des Sciences Naturelles à Bruxelles et a ensuite voyagé au Japon au profit de la recherche. Elle est maintenant à nouveau à Bruxelles et exposée, de façon permanente, dans la salle « 250 ans de Sciences naturelles » du Muséum, entre les joyaux contemporains et historiques, en face de la maquette de la Belgica.

M.VD.

www.sciencesnaturelles.be

Photo : © Vinciane Debaille